AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Getting over you ? Nah, never ! [nos deux sont HOT]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatarJulian C. Mayers

CHAOS
control my mind


Nombre de messages : 3602
EMPLOIE : on top of the rock !
CÔTÉ AMOUR : une certaine secrétaire
CÔTÉ AMIS : Suzanne - Nick - Shanna - Skyrme - Evey
LIL' PIC :


Me, Myself & I
Me and the others:

MessageSujet: Getting over you ? Nah, never ! [nos deux sont HOT]   Jeu 02 Juin 2011, 00:27

Une chose que Suzanne savait bien faire plus que n’importe qui d’autre aux États-Unis, c’était épuiser une personne par tous les moyens possible. Soit en critiquant, criant, donnant des ordres ou en étant une femme assoiffée de ... Vous savez là, Suzanne quand même ! xD Suzanne est une femme assoiffée de pouvoir et de plein d’autres choses… La grande brune avait complètement tué Julian, elle l’avait lessiver comme s’il était une personne sans buts dans la vie qui courraient pour pouvoir mieux rien faire xD Shanna qui trouvait qu’il était impossible à épuiser, sa pire ennemie avait trouvé une technique pour tuer le beau brun. Il faut dire que le décalage horaire et l’ambiance tout à fait différente de la grosse pomme avaient eu aussi son poids dans la balance. Toute la nuit Suzanne avait tenu Julian éveillé par des moyens qu’elles connaissaient bien. Ils s’étaient bien ennuyés d’un de l’autre, ce qui était sur. Elle l’avait ensuite forcé à venir au travail au lieu de le laisser dormir. Il faut dire qu’ici, il avait peur aux deux secondes de croiser une ancienne connaissance ou plutôt collègue. Au moins, jusqu’à ce moment précis tout avait bien été comme sur des roulettes. Pourtant, c’était tout sauf ce Maxim représentait à New York. Julian le savait bien plus que n’importe qui d’autre dans toute l’enceinte du magazine. À Maxim, il n’y a jamais rien qui se déroule dans l’ordre et comme les plans. De plus, Shanna sur un tout autre fuseau horaire l’appelait pour lui demander tout plein de choses auxquels elle ne s’était jamais auparavant réellement intéressée.

Suzanne l’avait tiré par ce qui ressemblait le plus à une cravate jusqu’à son bureau magnifiquement rénové. Elle lui avait mis un café dans la main, comme il l’aimait noir dans l’espoir que cela le tienne quelque peu en vie. Elle devait travailler pour le bien de l’empire et lui faire semblant pour avoir une raison d’être dans la grande ville qui ne dort jamais. Elle tenait à ce qu’il soit en forme pour une nouvelle joute d’insulte et plusieurs autres petits jeux de son cru. En entrant dans le bureau, il s’était mis face à elle, ne comprenant pas vraiment son plan et voulant lui parler. Quoiqu’il était légèrement endormi. Elle lui fit comprendre qu’elle préférait qu’il se taise comme toujours. La belle brune le poussa ensuite jusqu’au canapé blanc qui était magnifiquement positionné tout près de la grande fenêtre. Il s’assit et prit une gorgée de café. Elle partit ensuite lui donnant l’ordre de ne pas se déplacer de la position qu’il était. Il finit par se coucher sur le canapé regardant le plafond, c’était bien la seule chose qui devait ne pas avoir changé depuis son départ. Il était toujours aussi laid et blanc. Il jeta un regard à son BlackBerry, Shanna avait déjà appelé plusieurs fois. Il décida de lui envoyer un petit message pour la rassurer. Il devait tout de même rester dans son personnage qui ne voulait absolument pas retourner dans cet enfer du travail et de la folie. Une ou deux minutes, plus tard Suzanne revient en lui jetant au visage une serviette (débarbouillette xD) humide. Il lui sourit affectueusement avec le plus stupide de ses sourires, celui que tant de gens haïssaient. Il plia comme il faut la serviette et la mise sur ses yeux en se couchant sur le canapé. Il espérait bien avoir deux minutes au minimum de tranquilles où il pourrait tant bien que mal se reposer les yeux. Il se dit que Suzanne avait choisi le moins confortable de tous les canapés blancs de toute l’histoire des canapés blancs. Bon, il s’endormit tout de même après un gros maximum de deux minutes.

Après quelques minutes, il entendit du bruit. Il se retint de faire un petit bruit plaintif. Suzanne devait avoir fini ce qu’elle devait faire et elle venait le tirer par le collet. Oui, Julian n’était pas habillé en complet cravate, son habillement habituel. Il s’était dit pour magasiner avec Nick pendant des heures et des heures et passer du temps avec Suzanne, il n’avait pas besoin d’être le codirecteur. Leur colocataire hypocrite suffirait, donc il avait mis des chemises, des t-shirts et autre chose qu’il avait rapidement prit à la petite lumière durant la nuit. Il avait donc une chemise de couleur claire qui lui allait très bien au teint. Il avait des jeans plus foncés qui faisaient contraste avec le haut. Il bougea un peu le bras droit subtilement pour déplacer la serviette qui était sur ses yeux. En voyant le haut de la personne qui était là, il se rendit compte que ce ne pouvait absolument pas être Suzanne. Un soupir de soulagement retentit en lui. Il scruta ensuite du regard la personne qui était dans la pièce. Quoi ? Elle pourrait être en train de voler ou faire un autre acte illégal ! Il se rendit compte que c’était la fameuse ancienne collègue/connaissance. Il tentât d’avaler sa salive, mais il ne réussit pas. Soit, il bougeait et tombait en essayant de se cacher ou bien, il restait là à faire le mort …

** FML !!! **

I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM




Dernière édition par Julian C. Mayers le Jeu 16 Juin 2011, 03:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://citylove-gallery.e-monsite.com/
avatarKatherine G. Rosman
- ♥ - Read my Crazy Story - ♥ -
Nombre de messages : 2193
EMPLOIE : Secrétaire

Me, Myself & I
Me and the others:

MessageSujet: Re: Getting over you ? Nah, never ! [nos deux sont HOT]   Dim 12 Juin 2011, 23:42

Aujourd'hui je suivais la routine comme à mon habitude. Je me lève, me prépare , déjeune en compagnie d'Eric puis après avoir apporté son fils à la garderie, nous partons travailler ensemble. Nous longeons la rue tous les deux , je m'agrippe à son bras pour le suivre. Il me parle de ses idées pour notre projet de vacances. Je ne l'écoute pas vraiment , personnellement je m'en fiche pas mal. Moi qui a toujours été incroyablement gaga pour ce genre de chose, cette fois Eric l'est plus que moi. Passer mes vacances à la maison ou dans un camping , ça ne fait aucune différence. Je vais le suivre où qu'il aille ce n'est pas un problème , ce n'est pas que l'idée me dérange non c'est juste qu'elle ne me motive pas. Vous savez ce que j'aurais envie de faire , moi , durant mes vacances ? Je voudrais retourner dans le Nord , rendre visite à Frank , mon père. Ooooh ce que ça serait bien. Je m'emmitouflerais dans les couvertures chaudes de mon lit simple et buverais un bon chocolat chaud près de ma fenêtre, exactement comme je le faisais plus jeune. Eric a plutôt l'air de parler d'un voyage à Walt Disney ou d'un camping. Ah .... C'est loin .... C'est loin pour rien. Je fit la moue à cette idée. Je baissa un peu la tête pour regarder Justin dans mon sac à main. Le hasard voulu que la petite bête ne lève ses yeux globuleux vers moi pour me faire un regard qui faisait pitié. Ah toi non plus tu ne veux pas aller à Walt Disney hein Justin ? Tu seras toujours enfermé à l’hôtel ou pire encore , tu sera dans mon sac à main et tout le monde va m'arrêter pour pouvoir te caresser la tête, plus particulièrement des enfants , il y en a beaucoup là-bas et tu le sais bien. Et un camping qu'en dis-tu ? Il n'y auras plus le confort auquel tu est habitué. Tu ne pourras plus paresser dans mon sac à main non , tu va te balader par terre au bout d'une laisse et tu va te salir les pattes dans de la boue. Mon pauvre Justin .... Je vais finir par avoir pitié de toi. Eric tourne la tête vers moi pour me demander mon avis. Je lui fais un mince « Mmm mmm » pour lui faire savoir que je vais y penser. Nous arrivons enfin à Maxim , voilà ma porte de sortie. Je n'aurai pas à débattre sur le sujet des vacances plus longtemps, je peux mettre mon retard au tapis comme excuse. Je souris à Eric un peu gênée et lui souhaite une belle journée. Il me regarde un moment et parait attendrit , je ne comprend pas pourquoi. Il se penche vers moi pour poser un court baisé sur mes lèvres , puisqu'il était assez grand quand même. Puis il me souhaite une belle journée à son tour et caresse brusquement la tête de Justin pour le saluer également. Mon petit rat domestique semble agacé , Eric ne comprenait pas les chiens que voulez-vous , moi non plus d'ailleurs. Je me dirige vers les bureaux qui se trouve dans le hall et pose mon sac à main dessus avec Justin à l'intérieur. J'arrive pour vérifier mon horaire mais je m'arrête en me rendant compte qu'une oreille de Justin était retournée vers l'arrière, je prit soin de la replacer vers l'avant de manière amusée. Je m'installe ensuite sagement devant mon ordinateur écoutant les directives de Lisa Kitch tandis qu'Emma, ma collègue, joue un peu avec Justin , c'est devenu son bébé. C'est fou à quel point je suis devenue une secrétaire travaillante , je fais mon travail sérieusement sachant bien que cela ferait passer la journée plus vite.

Depuis que mes amis étaient partis vers Londres , je me retrouvais seule ici avec Eric et Justin pour seule compagnie sociale. Avant je voyais parfois Tia et One-night et je sortais avec eux, ça me changeais les idées mais maintenant ..... Ils n'étaient plus là. Ce n,est pas grave , je vais me trouver des choses à faire dans mon horaire. En attendant que je ne trouve , j'apprécie grandement mes promenades dans les parcs avec Justin ou ma rénovation de la petite maison du coin. J'y travaille seule et j'y tiens. Eric m'a déjà proposé de m'aider mais sans vouloir l'offenser , c'est mon projet personnel à moi et il me fait bien plaisir que le travail se fasse à un rythme lent puisque ainsi , il me reste toujours quelque chose à faire quand je m'ennuie. Ce fut alors après un moment qu'on me demanda d'aller porter quelques documents dans le bureau de madame Ledger. J'en fus surprise à vrai dire. Suzanne ne m'avait pas offert un moindre mot après le départ de Julian vers Londres. Elle demandait des faveurs à toutes les secrétaires sauf moi. Enfin, ça ne me dérangeais pas d'aller porter ces documents, c'était mon travail après-tout. En me levant , j'eus une once d'hésitation à savoir si je laissais Justin à mon bureau ou non. Emma le dorlotait dans ses bras , je n'osa pas la déranger. Je lui laissa mon compagnon et décidai de partir à l'aventure seule. J'entre dans le bureau de ma patronne et ralentit un peu le pas pour observer les alentours. Mon premier reflex avait été de regarder le plafond évidemment. Puis , son bureau et les murs blancs. Il y avait bien longtemps que je n'avais pas mis les pieds dans cette pièce. Je souris un peu à me rappeler de ce coté sombre , ces murs noirs de l'autre coté , de son coté à lui ..... Je tourne la tête et perdit mon sourire en me rendant compte qu'il n'y avais plus rien. Le bureau noir n'était plus là ainsi que tout son ensemble chic et professionnel, non , il n'était plus là. Mon regard descend lentement , il passe du haut , jusqu'à l'aquarium du fond et enfin jusqu'à ce canapé blanc situé là au milieu. Pourtant , j'observe quelqu'un qui est couché sur ce canapé. Je le regarde comme ça sans que les neurones de mon cerveau ne sème la panique. Elles mettent du temps à réagir jusqu'à ce que soudainement , je comprenne qui était cette personne. Je fis de grands yeux sans m'en rendre compte et j’eus un sursaut comme ça, qui jaillit de nul part.

Je n'arrivais pas à croire que cela puisse bien être lui. Je ne saurais décrire le sentiment qui me traversais à ce moment-là. Suis-je heureuse de le revoir ? Je vous avoue que pendant un bon moment , j'avais fortement espérée qu'il ne revienne de Londres .... Pour moi. Mais il ne l'avais pas fait et je ne lui en avais pas voulu. J'ai simplement continué ma vie , c'est comme ça que les choses se font. Je voudrais tellement lui sourire , lui crier ce surnom « shroomish » sachant bien que ça le ferait surement sourire mais non .... Je ne le fait pas. Je suis paralysée l'espace de quelques secondes à le regarder. Je ne sais pas quoi lui dire. Je me sentirais stupide de lui faire la conversation , il ne me devais rien non plus. Pourtant je me revoyais mal repartir comme ça sans lui dire quoi que ce soit. Je m'approche un peu en remarquant qu'il avait une serviette sur la tête. Je tend ma main vers lui pour la prendre et lui répond de manière calme.

- Julian ? Est-ce que tout va bien ? Tu as besoin de quelque chose ?

Je lui demande cela comme pour lui donner l'impression que j'assume mon rôle de secrétaire et que tant qu'à être là , je pouvais bien me rendre utile.

I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.quizzz.com/z/?z=3668
avatarJulian C. Mayers

CHAOS
control my mind


Nombre de messages : 3602
EMPLOIE : on top of the rock !
CÔTÉ AMOUR : une certaine secrétaire
CÔTÉ AMIS : Suzanne - Nick - Shanna - Skyrme - Evey
LIL' PIC :


Me, Myself & I
Me and the others:

MessageSujet: Re: Getting over you ? Nah, never ! [nos deux sont HOT]   Lun 13 Juin 2011, 01:00

Julian n’avait jamais vraiment pensé la revoir. Du moins, pas dans une situation du genre. Revoir son ancienne flamme dans une soirée de Maxim bien au loin sans qu’elle ne l’aperçoive. Ce genre de chose, vous savez. Il avait voulu revenir bien des fois et appeler en regardant le plafond en essayant de dormir. Cependant, il se tournait et voyait Shanna à ses côtés. Au tout début, elle n’avait pas dit grand chose sur sa relation à distance. C’est avec le temps et l’ennuyant que Julian et elle s’étaient rapprochés. Il avait eu à la suite de quelques conversations des doutes sur leur relation, Shanna avait bel et bien confirmé ses doutes. Il n’avait pas tout de suite sauté dans les bras de la belle brune. Sauf qu’il se sentait déjà seul à Londres et sans ses conversations avec Caithy, c’était bien pire pour lui. Cependant, il n’avait jamais vraiment dévoilé leur flamme ou telle autre chose. Shanna savait bel et bien qu’il avait laissé la blondinette dans l’espoir que cela soit mieux pour elle. C’était égoïste de la laisser poiroter à New York et tout autant de l’obliger à venir sur le vieux continent.

Au tout début, il n’aperçut qu’elle et il s’emporta. Elle lui avait sérieusement manqué et encore aujourd’hui, il était tout chaviré à l’idée de lui parler. Il fut plutôt content d’apercevoir qu’elle venait porter des documents. Il se dit qu’elle ne le verrait pas et qu’il n’allait pas parler, donc aucun malaise. Si elle ne lui parlait pas, il pourrait retourner travailler sans aucun problème et surement réussir à tenir sous l’horaire le plus ennuyant du monde. S’ils finissaient par parler, il savait qu’il ne réussirait plus à dormir avant un bon mois. Il n’avait jamais réussi à se convaincre sérieusement qu’il avait pris la bonne décision. Il réussissait à oublier tout ça temps en temps. Mais si on lui proposait de faire les choses autrement que pour essayer, il changerait sa décision. Est-ce que ça pourrait être sérieusement pire ?

Elle approcha de lui, il retint sa respiration. Dans sa tête qu’un mot se faisait entendre à boucle. Le mot qui commençait par « F » n’avait jamais été aussi souvent dire en quelques secondes. Il se mordit la lèvre intérieure et fermât fortement les yeux. S’il ne bougeait pas elle ne le verrait pas se disait-il. Il fit presque le saut lorsqu’elle lui enleva des yeux la serviette. Il se sentait déjà assez mal qu’elle aille seulement franchi la porte et qu’elle s’approche de lui c’était le bout de tout. Il se dit qu’il devrait y dire de s’en aller qu’il n’avait plus rien en commun et que leur relation était finie depuis belle lurette. Il aurait certes été de lui crier cela, mais il avait beaucoup plus envie de savoir comment elle allait et si tout allait bien pour elle. Il s’inquiétait fortement de ce qu’elle était devenue. Il connaissait Maxim beaucoup mieux qu’elle, sans lui, elle s’était peut-être trop fait écraser. Pour une fois, il n’aurait nullement besoin de se forcer à faire pitié. C’était tout à fait naturel, il se sentait vraiment mal pour elle. Il se dit qu’il était suffisamment proche du bord du canapé qu’il pourrait facilement tomber à terre et ainsi éviter tout. Cependant, elle lui posa une question ou plutôt deux, il aurait eu envie de la prendre dans ses bras à ce moment question d’être sûr de ne pas être dans un quelconque cauchemar. Il était peut-être aussi encore à Londres dans un fantasme ou quelque chose du genre. Il tournât son regard brun noisette vers elle, il était au niveau de son ventre. Il se redressa pour poser son regard vers ses eux bleu et brun. Ses yeux avaient toujours été une empreinte de mystère pour lui. En la regardant, il expira un peu légèrement et douloureusement. Il voulut répondre à la jolie blondinette qu’elle devrait le pincer. Cependant, en essayant de la dire aucun mot ne sortit de sa gorge. Il dut se racler la gorge quelque peu. Il expira un peu douloureusement encore une fois et la regarda de haut en bas comme si c’était un mirage.

- Noon, toi ?

Dit-il piteusement et quelque peu douloureusement. Il était encore dans les vapes de Morphée et ça paraissait un peu. Il se passa le dos de sa main droite sur ses yeux comme les enfants le font lorsqu’ils sont fatigués. Il se leva finalement et la pris dans ses bras. C’était plus fort que lui et il lui prit la main ensuite.

- Désolé fallait que je sache que c’était …

Il pencha la tête, il se trouva plus que stupide. Au tout début de son commentaire, il avait parlé avec assurance tout en étant désolé, mais au fur et à mesure, il s’était rendu compte qu’il n’avait plus le droit à ce genre de chose. Ils n’étaient plus en couple et Shanna, jalouse comme elle l’était, n’apprécierait surtout pas. Leur relation n’était pas tout à fait rose et remplie d’amour, mais elle en était une.

- vrai …

I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://citylove-gallery.e-monsite.com/
avatarKatherine G. Rosman
- ♥ - Read my Crazy Story - ♥ -
Nombre de messages : 2193
EMPLOIE : Secrétaire

Me, Myself & I
Me and the others:

MessageSujet: Re: Getting over you ? Nah, never ! [nos deux sont HOT]   Lun 13 Juin 2011, 02:22

Ses premières paroles me troublèrent profondément. Je me doutais bien qu'il avait surement un mal de tête mais son expression sincère et cette question qui se retournait vers moi me laissait savoir que ça allait plus loin que cela. Je me mis soudainement à m'inquiéter pour lui. J'étais maintenant convaincue que les choses se passaient mal pour lui, peut-être était-il survenu une faillite à Londres, un décès dans sa famille ou pire encore, un accident à son précieux compagnon Max. Je ne lui souhaitais pas et je savais que ces trois possibilités seraient très dures pour lui. Ses yeux, son regard sincère me transperça le coeur et fit ressurgir cet attachement à son égard que j'avais caché au fond de moi. Lorsqu'il était partit vers Londres , je m'étais accrochée à l'idée que je puisse le rejoindre là-bas et que j'irais le retrouver. Il me fallait seulement régler quelques petites choses avant , comme le fait que je travaillais toujours au FBI et aussi la vente de la petite maison du coin , la maison de mes rêves. Entre-temps , Julian me manquait énormément , le meilleur moment de ma journée arrivait lorsque je voyais son nom sur l'afficheur du téléphone. L'amour m'aveuglait , si bien que je refusais de me faire à l'idée que nos appels diminuait et que mes choses se retardaient. J'avais beaucoup de mal à laisser partir la petite maison du coin , il me semblait que personne n'était assez bien pour y habiter. Personne ne semblait remarquer cet halo de lumière réconfortant qui traversait les fenêtres poussiéreuse le matin et qui glissait contre les vieux rideaux de velours dans le style ancien. Personne ne se laissait bercer par la symphonie du plancher qui craquait sous son bois usé et personne n'appréciait la vieille architecture qui nous donnait l'impression de retourner dans les bras chauds de notre grand-mère. J'avais beaucoup de mal à me défaire de cet endroit qui était mon paradis le plus secret. J'aurais tant voulu garder Julian avec moi ici à New York mais cet emploi de directeur, il l'avait attendu depuis tellement longtemps, je ne pouvais pas lui demander de tout abandonner pour moi , je savais à quel point ce poste était important pour lui. Je laissais donc les appels diminuer leur fréquence et c'était avec tristesse que je réalisais qu'ainsi , Julian s'éloignait de plus en plus de moi. Il y avait eu un moment où je calmais ma douleur par la colère , me donnant l'illusion qu'il m'avais abandonnée. Pourtant là tout de suite j'oubliais tout ça , j'étais là , incroyablement inquiète pour lui.

- O-oui je vais bien mais est-ce que tu veux que je t'a....

C'est à ce moment là qu'il s'est produit quelque chose de bien étonnant. Il s'est levé pour me prendre subitement dans ses bras. J'ai sursauté de surprise sur le coup. J'ai pris peur un moment n'étant plus à l'aise ces jours-ci avec des marques d'affection subites. J'ai regardé le plafond un moment ne sachant pas comment réagir pourtant je ne l'ai pas repoussé , toujours dans cette idée qu'il agissait probablement ainsi parce qu'il avait peut-être perdu un membre de sa famille. Je prit le temps de respirer son parfum , il ne l'avait pas changé depuis le temps et je l'adorais toujours autant. Cela parvint à me calmer et me fit sourire malgré moi mais ce n'était pas très voyant. Quand il se recula , on pu lire dans mes yeux cette confusion sur mon visage. J'ai passée des nuits entières à espérer son retour mais pourquoi fallait-il qu'il revienne un an plus tard ? Lorsqu'enfin j'étais parvenue à faire mon chemin et à accepter son absence ? Lors de sa courte pause entre sa dernière phrase et son « vrai » , je prit la peine de baisser les yeux vers sa main dans la mienne. Mon coeur se tordait sur lui-même , j'avais l'impression de l'entendre me supplier de lui donner un peu d'air. Ma main tremblait mais pourtant je ne bougeais pas. Mon regard ne déviait pas de son champ de vision mais je devins triste, voir même blessée. Je cherchais la force de le regarder de nouveau. J'étais tellement heureuse de le retrouver mais tellement triste en même temps. Oh s'il savait à quel point je voudrais me jeter dans ses bras et le supplier de m'emmener avec lui, n'importe où. Ma vie , bien qu'elle soit belle , me semblait vide ..... Sans le moindre contenu et ce , malgré la gentillesse d'Eric. Mais je pensa à Eric ..... Ce gentil homme qui avait fait beaucoup pour moi ..... Je leva finalement les yeux vers Julian et je devins sérieuse malgré ma gorge qui se nouait.

- Ce qui est vrai c'est que tu est partis ..... Et qu'on a fait nos chemins tous les deux.

Je ne disais pas ça méchamment. J'étais calme mais pas enjouée non plus et même si je paraissais dure, je ne lâchais pas sa main.

I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.quizzz.com/z/?z=3668
avatarJulian C. Mayers

CHAOS
control my mind


Nombre de messages : 3602
EMPLOIE : on top of the rock !
CÔTÉ AMOUR : une certaine secrétaire
CÔTÉ AMIS : Suzanne - Nick - Shanna - Skyrme - Evey
LIL' PIC :


Me, Myself & I
Me and the others:

MessageSujet: Re: Getting over you ? Nah, never ! [nos deux sont HOT]   Lun 13 Juin 2011, 03:22

C’était vraiment étrange tout cela. Non pas le sursaut, s’était évident qu’elle ne pouvait pas s’attendre à cette réaction xD Près d’elle, il se rappela plusieurs de leurs aventures et tous les bons moments qu’ils avaient vécu ensemble. Il apprécia la chaleur de son corps, le parfum de ses cheveux et les quelques secondes que dura ce rapprochement. Il ne savait pas réellement pourquoi, mais il avait eu envie de la serré dans ses bras. Pourtant c’était sûr qu’elle était là, elle lui avait enlevé la serviette de sur ses yeux. Il s’étonna qu’elle ne le repousse absolument pas. Il se recula par lui même d’un côté, il se sentait assez mal de revenir et de tout faire cela. Après un an les choses se devaient d’être différentes. Chambouler sa vie par lui même c’était correct. Il devait tout de même garder en tête qu’il n’avait aucunement le droit de faire ça à son ex. Il n’avait pas répondu à sa deuxième question, ce dont il avait besoin à ce moment précis c’était de lui parler. Il se mourrait depuis son arriver dans la grande pomme de savoir ce qui était advenu de sa secrétaire préférée. Selon lui, il avait peu de chance de la croiser ici bas à Maxim. Elle travaillait tout de même au FBI lorsqu’il était parti. Contrairement à auparavant sa carrière était solide et sur de bons pieds. Elle n’était pas Tia ou un bourreau de travail comme lui, mais tout allait bien aux dernières nouvelles. Cela l’inquiéta un peu de la voir travailler pour Suzanne, il ne put s’empêcher de penser à tout ce que cette grande brune aux cheveux gras avait pu lui faire. Il se mit un peu en colère à cette idée et eut l’intention secrète de faire payer son ennemie. Il venait de se retrouver et de faire tout plein de choses ensemble, mais ça n’empêchait rien !

Il prit le coup du dernier commentaire, il l’absorba douloureusement. Heureusement, elle n’avait pas dit cela très méchamment et elle avait gardé sa main dans la sienne. Sinon cette réplique aurait été une des pires qu’il avait reçues. C’était la pure vérité pourtant, mais ça faisait mal de se faire lancer ses mauvaises décisions et/ou fautes en pleine figure. Tout d’un coup, il aurait préféré de pas avoir à parler et juste rester là pour profiter de cette dernière fois. Après tout, il devrait dans quelques jours retourner vers son pays natal où il avait sa copine Shanna… Il se mordit la lèvre intérieure encore une fois. Par contre cette fois-ci le mouvement fut plus qu’évident aux yeux de tout le monde, mais il s’arrêta rapidement se rendant compte que cette mauvaise habitude serait très mauvaise dans cette situation. Julian était bel et bien du genre à se mordre trop fort et cela ne l’avantagerait certainement pas. Quoiqu’il réussirait facilement à faire tomber une larme s’il ne réussissait absolument pas à se faire pardonner d’une miette.

-J’sais

Dit-il tout bas la tête vers le bas. Il avait la gorge nouée beaucoup plus que son interlocutrice. Katherine devait se compter chanceuse d’être restée relativement proche de lui sinon elle n’aurait pas entendu ce qu’il avait dit. Ça ne restait pas là, il devait par contre dire les bons mots. C’était un des problèmes majeurs des gens et surtout de lui, sur le coup il pensait dire les bonnes choses. Par la suite, au commentaire de l’autre, c’était l’inverse qui était arrivé. Il ne savait pas trop comment dire les choses, ce qui était inimaginable étant donné le nombre de fois qu’il avait pensé à l’appeler pour s’excuser. Plusieurs fois, le numéro était composé, il ne fallait qu’appuyer sur le petit téléphone vert. Il pouvait lui dire qu’ils étaient trop différents et qu’il pensait faire le mieux pour elle. Cependant, en la voyant toujours secrétaire à Maxim, ce n’avait pas vraiment été comme sur des roulettes pour elle. Il se dit qu’il devrait se blâmer et ne pas l’accuser de ne pas avoir appelé. C’était lui qui avait décidé de partir et de ne pas rompre avec elle avant d’y aller. Il prit une inspiration.

- Je me disais que je n’avais pas le droit… De t’obliger de venir à Londres

Réussit-il à dire plutôt correctement et audible plus loin qu’à deux centimètres de sa bouche. Il voulut ensuite lui donner des justifications. Au cas où cette conversation deviendrait la véritable dernière. Au téléphone, il se rappelait très bien de leur dernière. Il l’avait décidé sérieusement en plein milieu que c’était la dernière. Depuis plusieurs fois, il avait repoussé la date s’inquiétant pour elle, mais surtout pour lui. La dernière avait été très difficile pour lui, il avait du se retenir tout le long de lui demander de partir pour Londres. Il avait trouvé qu’en plein milieu ça suffisait. Évidemment, il ne l’avait pas dit seulement parce que c’était trop … trop stupide voilà ! il s’était tout de même préparé en espaçant légèrement les appelles. Quoiqu’au début, il l’aurait appelé tous les jours s’il ne s’était pas un peu retenu.

- Ta vie est ici et c’est moi qui avais décidé de partir …

Ajouta-t-il finalement dans le même esprit de la conversation. Autrement dit, tristement, mais décider à lui parler clairement et à s’expliquer, donc se faire le plus possible pardonner. Il réussit même à dire ce commentaire en la regardant dans les yeux ce qui fut plutôt difficile. Il avait tellement honte de lui. Il mit une main sur sa joue comme il le faisait lorsqu’ils s’embrassaient. Il l’aurait bien fait, mais avait-il seulement le droit ? Shanna à ce stade restait encore empreinte dans ses pensées parce que s’il l’embrassait ça changerait tout pour l’espagnol et leur plan. Par contre, elle pourrait plus que très rapidement n’être moins qu’un souvenir.

I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://citylove-gallery.e-monsite.com/
avatarKatherine G. Rosman
- ♥ - Read my Crazy Story - ♥ -
Nombre de messages : 2193
EMPLOIE : Secrétaire

Me, Myself & I
Me and the others:

MessageSujet: Re: Getting over you ? Nah, never ! [nos deux sont HOT]   Lun 13 Juin 2011, 15:28

Je croyais avoir gagnée la bataille lorsqu'il approuva la véridicité de mes dires. Je croyais par contre qu'il m'appuierait davantage sur le changement qui était survenu dans nos vies. J'étais certaine que nous allions nous asseoir et prendre des nouvelles de l'autre mais non ... Je n'avais rien gagnée. Il demeurait là , devant moi à m’enivrer de sa simple présence. Je voulais jouer la dure et l'éloigner de moi , par respect pour Eric mais je n'étais pas forte du tout , j'étais incapable de lâcher sa main. Qu'est-ce qui te prend Caithy ? Qu'est-ce que tu fais d'Eric ? Je n'étais pas comme ça et je le savais bien. Malgré toutes les tentations qui se jouait dans mon esprit , il en demeurait tout de même que j'avais beaucoup de respect pour celui qui partageait désormais ma vie depuis sept mois. Je me rendais bien vite compte que le délai d'un an n'avais pas été suffisant pour effacer les merveilleux souvenirs que je gardais de Julian et cette envie de les revivre de nouveau. Je ne voulais pas penser à ça , je ne voulais pas songer hypocritement à laisser Eric ainsi , dès la première venue de Julian. Il pouvait avoir une totale confiance en moi car il savait que je n'étais pas de ces gens-là qui trompait les autres et ce , malgré toutes mes pensées qui se dirigeait vers le séduisant monsieur Mayers.

J'eut tout d'un coup l'impression de tenir deux êtres miniatures sur chacune de mes épaules. D'un coté il y avait Mike en beau toxedo noir , un cigare à la bouche et un paquet de carte dans les mains. Il avait l'air d'un homme d'affaire illégale. D'un air décontracté, avec une posture digne des mannequins de Moores , il me parla avec une faible musique Jazz en background : « Voyons poupée , c'est du cinéma , laisse tomber il te mérite pas. Il tient plus à son emploi qu'à toi et toi tu va tout laisser tomber pour lui ? Il s'est jamais bougé le petit doigt pour toi mais moi ..... Je suis toujours là poupée xD , les voitures Ford n'attendent que nous.» Dans mon esprit j'arqua un sourcil et lui souffla dessus le faisant disparaitre dans un amas de poussière. Puis il y eut Tia sur la seconde épaule avec une petite robe blanche, décidément trop courte et trop décolletée. Elle portait une petite couronne de princesse , couchée à plat ventre sur mon épaule balayant ses jambes dans l'air. Elle poussa un soupire las pour attirer mon attention et lorsque je tourna la tête vers elle , pas pour de vrai mais dans mon esprit , elle se permit de parler : « Oh quelle merde , laisse tomber Eric, il est gentil c'est vrai mais il n'a pas une carte de crédit comme Mayers !!!! Tu va t'ennuyer avec Eric. Walt Disney ..... Vraiment ? Walt .... Disney .... Hiiii , ça fait pitié à coté des Caraïbes que Mayers t'a offert. Tu va vraiment dire non à ça pour Walt Disney ? Arrête de faire la conne ! T'apprendras jamais ! Saute sur Mayers et ça finit là ! Profite-en t'a le beau bureau juste pour toi !!! ». Il me fallu encore une fois souffler sur cette petite hallucination qui disparut.

Je regarda mon éternel shroomish et je sentit le noeud dans sa voix. Nous étions tous les deux mal à l'aise. Je ne savais pas quoi faire pour détendre l'atmosphère , il était plus doué que moi pour trouver des moyens de dévier les malaises. Je ne répondit rien , je continuais de le regarder. Je ne savais pas s'il essayait de paraitre gentil juste pour s'excuser. Pour jouer l'ex au remord qui tenait à ce que je ne le vois pas d'un mauvais oeil. L'éventualité qu'il puisse partager la même douleur que moi ne me vint pas à l'esprit tout de suite. Oui je sais , je ne saisi pas vite parfois. J'étais convaincue qu'il se sentait obligé de me fournir des explications , uniquement parce qu'il était coincé dans ce bureau et que j'y étais. Peut-être que ça m'arrangeait dans le fond de me dire que ce n'était que cela. Je voulais croire qu'il s'était refait une vie à Londres et que celle qu'il avait eu à New York avec moi ne lui manquait pas. Avais-je le droit de penser qu'à moi elle me manquait ? Quand il m'expliqua qu'il ne voulait pas me forcer de quitter New York , je baissa les yeux un moment pour regarder sa chemise de couleur claire qui lui allait très bien au tient. Je réprima un faible hochement de la tête pour lui faire savoir que je comprenais tout à fait. C'était gentil de sa part de penser quelque chose comme cela et je réalisa à ce moment là que nous étions tous les deux fautifs à vrai dire. Je prit un faible sourire pour chercher à le rassurer et je retrouva son réconfortant regard noisette.

- Je n'aurais pas été capable de laisser la petite maison du coin non plus.

Lui dit-je doucement pour éviter qu'il ne se sente mal. Cela ne semblait pas avoir fonctionné car il avait porté tout le blâme sur lui en révélant qu'il avait accepté de partir alors que j'avais ma vie. Je le regardais dans les yeux toujours aussi confuse. Il était là , devant moi à se justifier , à s'excuser et à me regarder comme je l'avais tant espéré. Ce ne pouvais être rien d'autre qu'une hallucination. Lorsque je sentis sa main sur ma joue , je compris que c'était malheureusement vrai et qu'il était sincère. Pire encore , je compris qu'il pensais encore à moi , peut-être autant que je pensais à lui. Je ravala ma salive. Voulait-il que je parte avec lui ? Moi je le voulais tellement. Il y eut alors un mirage dans mon esprit , celui où je lui offrirais le plus beau de mes sourire , où je l'embrasserais finalement avant de lui souffler à l'oreille que j'irais à Londres avec lui. Mais ça ..... C'était le rêve. La réalité elle , me poussa à faire le contraire. Je le regarda incroyablement désolée. Je porta une main sur celle qu'il avait sur ma joue , je glissa mes doigts dans sa paume pour la retirer de mon visage. De manière silencieuse , je lui fit un très faible signe négatif de la tête , abaissant sa main que je tenais toujours. Je tenait désormais ses deux mains , tendues devant moi. Il me fallait beaucoup de courage en ce moment. Je prit une inspiration.

- Mais .... Tu va repartir à Londres Julian .... Et moi je vais encore rester ici

Lui dis-je pour lui faire comprendre que peu importe ce que je ressentais pour lui, que les choses ne pouvaient pas changer. Qu'il tenait toujours autant à son poste de directeur et moi à ma vie ici.

I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.quizzz.com/z/?z=3668
avatarJulian C. Mayers

CHAOS
control my mind


Nombre de messages : 3602
EMPLOIE : on top of the rock !
CÔTÉ AMOUR : une certaine secrétaire
CÔTÉ AMIS : Suzanne - Nick - Shanna - Skyrme - Evey
LIL' PIC :


Me, Myself & I
Me and the others:

MessageSujet: Re: Getting over you ? Nah, never ! [nos deux sont HOT]   Lun 13 Juin 2011, 16:16

Julian aurait réellement tout fait pour avoir cette conversation et en même temps, il ne voulait pas l’avoir pour tout l’or du monde. C’était bien trop dur, il aurait laissé tomber s’il avait pu. Cependant, ce n’était pas lui de lâcher comme ça. Il était celui qui ne laissait jamais tomber. Lorsque l’on dit « jamais », ça l’est réellement. Il se battait bec et ongle habituellement lorsqu’il tenait à quelque chose et jusqu’à l’épuisement. Il pencha un peu la tête sur le côté au commentaire de son ex-copine lorsqu’elle lui dit qu’elle n’aurait pas été capable de quitté sa vie pour lui. Ce commentaire le rassura quelque peu en plus du sourire. Il le connaissait bien celui là tout comme elle connaissait bien les mimiques de Julian lors de situations à malaise. Étrangement, il ne savait pas quoi lui répondre. Pour lui ce n’était pas une bataille, il ne pensait pas qu’il aurait un gagnant à la fin. Dans cette conversation, il était persuadé qu’il s’agirait que d’un simple match nul. Il avait à vrai dire déjà perdu parce qu’elle ne viendrait pas à Londres de toute façon. Il lui restait qu’à ce faire pardonner du mieux qu’il pouvait. S’excuser n’avait jamais été pourtant quelque chose dans laquelle, il était très doué. Il évitait de le faire la plupart du temps sinon tout revenait à la normale tranquillement il ne fallait qu’éviter certaines conversations. Dans sa tête tout fonctionnait au quart de tour, il cherchait vraiment très fort comment il pourrait dire les choses. Dans certains moments la phrase bien dite change tout et bien, il cherchait celle-ci. Quand il était question d’insulte ce genre de phrase parfaitement bien placé venait facilement dans l’espace de quelques secondes il avait trouver la réplique de rêves. Mais là, il ne trouvait pas ce qu’il pourrait répondre, il avait l’impression qu’il avait dit ses meilleurs arguments et qu’il ne lui restait plus qu’à la voir partir sans vraiment le vouloir pour une énième fois. Il faut dire que leur relation avait toujours été très chaotique entre Suzanne, leur travail respectif au sein de Maxim, le FBI et Lauren. Ils s’y étaient fait pourtant et ils avaient réussi à faire fonctionner le tout.

Tout avait bien été jusqu’à cette minute du moins relativement bien. Lorsqu’elle lui enleva sa main de sa joue, il comprit qu’elle était à présent la plus forte du couple – duo pour être politiquement correcte. Il savait qu’un commentaire viendrait et il l’attendait de pied ferme à ce moment. Il ne se sentait pas prêt à prendre ce deuxième coup, mais ils étaient rendus là dans leur conversation.

- mais …

Non, il n’avait rien de plus à dire. Les mots ne sortaient pas et la phrase qui devait tout briser n’était pas venue. UPS était encore en retard faut croire xD Il aurait voulu lui demander de partir, mais il n’avait pas le droit de le faire. Elle l’avait bien dit, elle avait sa maison du coin, il avait son travail. Il pencha la tête vers le bas en prenant une inspiration. Il se vit très bien lui dire qu’il resterait à New York finalement que les papiers avaient été signés et tout. C’était lui après tout le méchant de la relation, le dur et l’hypocrite. Cependant, elle était tellement gentille, elle ne méritait pas ce coup bas et cela lui ne servirait à rien. Il avait bien trop de malaise dans cette pièce, il se devait de faire quelque chose. Il ne voulait plus parler de tout cela. Elle ne venait pas et bien c’était correct, il retrouverait Shanna et sa routine ennuyante de londonien ! Mais tout ça ce n’était pas vrai, il ne voulait pas lâcher prise. En attendant UPS, il changerait de conversation.

- Comment va Justin ?

Dit-il doucement en mettant de l’avant sa passion pour les animaux. Il avait toujours apprécié ce Chihuahua sans savoir pourquoi. Il était tout le contraire de son chien, mais ça ne changeait rien.

I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://citylove-gallery.e-monsite.com/
avatarKatherine G. Rosman
- ♥ - Read my Crazy Story - ♥ -
Nombre de messages : 2193
EMPLOIE : Secrétaire

Me, Myself & I
Me and the others:

MessageSujet: Re: Getting over you ? Nah, never ! [nos deux sont HOT]   Lun 13 Juin 2011, 23:41

« Mais » ..... Voilà ce qu'il avait dit. Pas un seul mot de plus , pas un seul mot de moins. Si vous dans votre vie ce mot vous a déjà déçu , moi pour ma part , il venait de me faire revivre. « Mais » , ça ne veut tellement rien dire pour vous mais pour moi , c'était suffisant. Je me souvenais bien de ce mot , dans une autre circonstance , il aurait passé inaperçu mais aujourd'hui , dans la situation et dans l'expression faciale qu'il portait , ce simple « mais » me ramenait en arrière. Je me retrouva donc dans mes souvenirs , dans ce jour où j'avais décidée de partir comme ça , sans le prévenir. Il pleuvait dehors et j'avais misère à mettre ma valise dans mon taxi et lui m'avais surprise en flagrant délits. Je lui avait expliqué que nous savions tous les deux que ce jour arriverait et c'est à ce moment là qu'il m'avait répondu « Oui mais ..... ». Il n'avait pas besoin d'ajouter quelque chose de plus pour que je comprenne. Il aurait voulu que je vienne avec lui ou il aurait voulu rester. On veux tant de choses dans la vie et malheureusement , il s'agit toujours de ce que l'on ne peux pas avoir. Moi j'aurais voulu qu'il ne soit venu plus tôt , je l'aurais probablement suivis. Sa douloureuse absence aurait eu raison de la petite maison du coin et je l'aurais choisit lui plutôt qu'elle. La maison , c'était bien entendu mon nid , mon repaire secret mais Julian lui , était mon rêve et mon avenir. Le dilemme ne se faisait pas et s'il s'était fait , c'était simplement dans les circonstances où je me sentait moins importante pour lui et que j'étais convaincue qu'il voulait que cela ne se termine ainsi. Ah ... Ma chère Caithy .... Le manque de communication aura eu raison de toi ! Si tu l'avais appelé , ne serait-ce qu'une fois pour lui demander , tu n'en serais pas là aujourd’hui. Mais je ne l'ai pas appelé , j'ai simplement voulu jouer les perspicaces et je m'étais gourée. Me voilà bien puni , une belle leçon à retenir, ne pas jouer les plus malines. Son « mais » m'avais conquit. Je l'aimais profondément et je savais désormais qu'il tenait à moi. Qu'est-ce qu'il me fallait de plus encore ? Je le sais , du courage. Ça il m'en fallait beaucoup pour pouvoir avouer à Eric la vérité. Il me faudrait aussi beaucoup d'hypocrisie pour parvenir à partir ensuite avec Julian sans ressentir le moindre remords. Non , je n'avais pas ces deux choses-là. Tandis que je tenais toujours ses mains , je porta celle de tout à l'heure de nouveau contre ma joue en le regardant dans les yeux.

- Je sais

Lui dis-je sans m'expliquer. J'étais convaincue qu'il comprendrait. En fait , comme réponse à un « mais » , c'était plutôt raisonnable. On ne pouvais pas s'attendre à un gros paragraphe tiré de Shakespeare non plus. Ma réponse avait pour but de lui faire comprendre que je savais bien ce qu'il voulait et que nous partagions la même idée. Pourtant , je me recula un peu , me libérant du contact de sa main sur mon visage, je ne le faisais pas méchamment, même que je souriais un peu. Et finalement , quand il parla de Justin , je prit un sourire enfantin. Mon dieu , ce que j'étais heureuse qu'il ne mette à l'oeuvre une de ses innombrables tactiques pour détourner la conversation. Autrefois je vous avouerais que ça pouvais m'énerver mais aujourd'hui , je l'avais fortement espéré. Je devins soudainement amicale et je lui parlait avec une simplicité et un optimiste que l'on accorderait à une bonne connaissance ou même à un ami. Je cherchais à le mettre à l'aise , lui et moi-même.

- Oh ! Il va bien , il est en bas avec ma collègue , tu peux le voir si tu veux. Il fait un peu de tartre , je lui donne trop de bonbons je crois , tu savais mieux l'éduquer que moi

Autrefois je n'avais pas du tout le tour avec cette petite boule de poil. Entre nous c'était clair, je le tolérait et il me tolérait. C'était un peu la guerre entre nous , ce n'était pas rare de me voir courir d'un coté et d'un autre dans mon appartement pour tenter de reprendre mon sac à main qu'il trainait partout et vidait à travers les salles qu'il traversait. Sinon la nuit il pleurait parfois quand il lui prenait un petit creux soudain ou un petit cauchemar , il faisait des crises d'angoisses et des peines d'amour quand il se sentait seul et poussait des hurlements comme ça, à n'importe quelle heures de la journée. Quand il voulait ses bonbons , il jappait jusqu'à ce qu'il ne les obtiennent. Il me rendait complètement folle. Je vous dirais par contre qu'après cet incident au FBI , nous nous sommes rapprochés, mon compagnon canin et moi. C'était comme s'il avait sentit ma peur et mon chagrin. Il se mettait à me suivre partout et montait la garde lorsqu'il dormait avec moi. Il n'acceptait plus que les étrangers s'approche de moi et en revanche, je lui rendais la pareil. Je l'emmenais partout avec moi et je prenais soin de lui. Je ne le traitais pas comme un bébé mais plutôt comme un ami. J'ai tout de même conscience que notre histoire, à moi et Justin ne serait jamais comparable à celle de Julian et Max. Shroomish ne vivait que pour chérir son brave toutou. Et justement , je cherchais l'animal du regard et je parut inquiète de ne pas le voir. Il me semblait que Julian l'avais toujours avec lui. Pendant un instant, j'eut un peu peur qu'il ne soit arrivé quoi que ce soit à Max. Je regarda Julian pas trop sûre.

- Où est Max ?

I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.quizzz.com/z/?z=3668
avatarJulian C. Mayers

CHAOS
control my mind


Nombre de messages : 3602
EMPLOIE : on top of the rock !
CÔTÉ AMOUR : une certaine secrétaire
CÔTÉ AMIS : Suzanne - Nick - Shanna - Skyrme - Evey
LIL' PIC :


Me, Myself & I
Me and the others:

MessageSujet: Re: Getting over you ? Nah, never ! [nos deux sont HOT]   Mar 14 Juin 2011, 01:20

Julian ne prit pas vraiment la peine de se rappeler toute leur séparation. En fait, ça lui prenait le cent pour cent de son cerveau pour chercher une bonne phrase. Oui, il espérait toujours trouver quelque chose à radoter. Leur relation était parsemée de beaucoup de hauts et de bas. À maintes reprises, ils avaient pensé que le mieux était de se séparer. Cependant, de toute évidence c’était tout sauf le cas. Il ne pouvait pas être heureux un sans l’autre après ce qu’ils avaient vécu ensemble. C’était des plus malheureux, il se demandait pour quelle raison il n’en avait jamais parlé avec elle. Il aurait tellement dût se disait-il ou plutôt se criait-il. Leur relation pourtant avait été basée sur la communication, un petit peu tout de même. C’était la raison pour laquelle ils n’avaient que pensé à se séparer sans l’avoir fait plusieurs fois xD Il fit un petit soupire aussi court que douloureux. Tenir sa main c’était correct parce qu’elle n’y faisait pas si attention. Il la tenait et c’était tout. Cependant de se faire retirer sa main et ensuite, de la remettre c’était pire. C’était de se faire repousser sans aucune raison et sans le vouloir. Sa joue était si douce et elle représentait tant pour lui.

Lorsqu’elle lui dit qu’elle comprenait son simple « mais ». Dans d’autres circonstances, il lui aurait dit c’était pour cela qu’il l’aimait et qu’elle était bien la seule à le comprendre. Cependant, il avait suffisamment de difficulté à sortir des phrases compréhensibles cela serait bien trop dur à dire tout comme de le comprendre. Il hocha de la tête finalement se disant qu’il devrait prendre son côté le plus dur pour tout simplement survivre. Il devait ressortir son côté codirecteur. Il se décida à dire quelque chose. Il se dégonfla rapidement lorsqu’il essaya de s’y mettre. UPS venait peut-être d’arriver avec sa commande de LA bonne phrase version deluxe engravée de diamant et le designer par Dolce & Gabana.

- Malgré tout ce que j’ai toujours dit… Tu as toujours compté plus que je l’ai dit…

Dit-il honteusement. Il se rappelait bien une fois en particulier qui aurait insulté n’importe quelle autre femme. Il lui avait dit qu’elle n’était pas sa priorité dans sa vie en d’autres mots. Il avait toujours gardé en tête qu’il ne pouvait pas avoir une relation amoureuse en priorité dans sa vie. Surtout pas après tous ses efforts, il se devait de garder en tête son travail. Même après tout ce temps, il n’était pas capable de garder cet objectif. Heureusement, Caithy n’avait jamais osé lui parler de changer parce qu’il aurait tenté surtout à ce moment précis. Par exemple, lorsqu’elle avait découvert pour les médicaments, elle avait voulu qu’il arrête. Bien évidemment, il avait dit non que pour lui tenir tête et garder en quelques sortes son indépendance. Cependant, voyant qu’elle n’appréciait vraiment pas et qu’elle lui en parlait souvent. Il avait fini par réduire considérablement la dose qu’il prenait tous les jours.

Il tenta bien évidemment de changer le sujet de la conversation dans le but de réduire le malaise. Il fut assez heureux qu’elle prenne bien son changement de conversation. Auparavant, cette simple action pouvait lancer toute une discussion très désagréable. Caithy pour éviter qu’il ne fasse ça, le suppliait presque tellement qu’elle détestait cette habitude. Mais après tout, c’était ce qui faisait son charme. Il voulut lui proposer d’un geste de la main le canapé, mais il se retint. Elle était du genre à donner comme excuse qu’elle devait travailler ou qu’elle ne pouvait pas. Encore là, assise un à côté de l’autre, la situation serait doublement pénible pour les deux. Un grand sourire se dessina sur son visage lorsqu’elle se mit à lui parler normalement de son adorable monstruosité qui lui servait de chien. C’était le sourire du « doglover », les animaux étaient l’un de ses points faibles. C’était vrai, il savait comment s’occuper des chiens, il avait réussi à apprendre une ou deux choses très de bases à la boule de poil.

- Oh, je vais essayer de venir le voir

Il dit cela d’une manière assez étrange. On ne pouvait pas détecter s’il disait de façon à dire qu’il allait vraiment venir le voir ou bien, qu’il disait cela que pour continuer la discussion. Dans sa voix on décelait encore légèrement le nœud qui tout à l’heure était présent. Il était bien évidemment impossible de tout laisser tomber comme ça. Le premier sujet était très dur et le deuxième était en lien avec le premier. Au commentaire de la blondinette, il se rappela tous les mauvais coups que faisait ce bout de chien incontrôlable. Bien des fois, ils avaient dû se mettre à deux pour obtenir quelque chose de lui. C’était tout le contraire avec Max qui obéissait dès le premier regard et à la première syllabe. Cependant, le lien entre Justin et sa maitresse n’était le même que celui que Max partageait avec son maitre. Au commentaire de Katherine, ce fut une sorte de petite de petite déception que de devoir se rappeler qu’il n’était pas là. Par contre son air un peu sérieux montrait clairement à la jeune femme qu’il avait de la tristesse dans son regard, mais que ce n’était pas tant en lien avec son ami canin. Il secoua un peu la tête en signe de négation. Il avait bien vu l’air inquiet qu’elle avait au visage.

- Il va bien, il est à Londres, je n’avais pas le temps de tout planifier pour qu’il vienne.

Dit-il normalement. Il était tout de même capable de vivre une semaine sans son chien. S’il lui parlait et avait des nouvelles de lui pour savoir qu’il était toujours en vie et en bonne santé. Sinon c’était la panique assurée pour notre beau brun surtout qu’il était en compagnie de Shanna…

I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://citylove-gallery.e-monsite.com/
avatarKatherine G. Rosman
- ♥ - Read my Crazy Story - ♥ -
Nombre de messages : 2193
EMPLOIE : Secrétaire

Me, Myself & I
Me and the others:

MessageSujet: Re: Getting over you ? Nah, never ! [nos deux sont HOT]   Mar 14 Juin 2011, 02:50

Alors que je croyait avoir mis fin à cette douloureuse tentation je constata que je m'étais trompée. Je ne pouvais pas lutter contre Julian Mayers , il avait toujours les mots et les expressions qu'il fallait au bon moment. Je réalisa à ce moment tout le mérite qu'avais Suzanne à constamment lui tenir tête. Moi , je n'ai jamais cherché à lutter sauf aujourd'hui. Généralement , j'insistais , je me faisais discrète et je me contentais d'espérer que mes yeux doux et mon sourire d'enfant ne parvienne à l'attendrir. C'était tout ce que je savais faire mais moi , je n'ai jamais eu beaucoup de pouvoir sur lui. Je n'ai jamais vraiment su à quel point il pouvais m'aimer. Il avait beau me dire que son chien , son téléphone et son travail comptait plus que moi , je n'en étais pas triste , parce que moi , je l'aimais comme une folle. Je ne me suis jamais vraiment inquiétée de ses sentiments à mon égard car je savais que dans tous les femmes de New York , ces belles dames, gracieuses , intelligentes , déterminées et compétitive , c'était moi qu'il avait accepté dans sa vie. Il m'acceptait telle que j'étais et ne me demandais pas de changer. Il rencontrait mes amis , ma famille et participait à mes délires. Il découvrait mon monde comme j'ai découvert le sien. Et finalement .... Après tout ce temps dans l'échelle à demeurer en-dessous d'un téléphone , un chien et un emploi , je découvre enfin que je valais plus que ce je croyais. Je le découvre tristement le jour où je ne suis plus sensée représenter quoi que ce soit pour lui. Avec cette phrase, Julian avait miser le tout pour le tout. Résister à une telle révélation c'était comme affronter Bowser dans Mario. Il y eut alors ma Tia miniature qui refit surface sur mon épaule avec sa robe blanche trop courte. « Aaaawww Si c'est pas assez chou ça ! Tu lui saute dessus ou je le fais ? » Je la chassa de mes pensées. Je me sentais faiblir et si je ne voulais pas faire du mal à Eric, il me faudrait mettre moi aussi toutes mes cartes sur la table. Je ne le voulais pas , depuis le début j'avais cherchée à éviter de lui dire ce qu'il en était de ma vie désormais mais ce coup-ci cela me semblait logique autrement je vais me retrouver dans ses bras comme je le désirais tant. Je baissa la tête vers le bas un moment et le regarda de nouveau. Mes joues avaient rougit , je me sentais atrocement mal.

- Pourquoi tu me dis ça Julian ? Pourquoi tu me dis ça maintenant ? Je t'aurais suivit quelques mois plus tôt , je t'assure mais après un an ... Ma vie n'est plus la même , je suis avec quelqu'un et je le respecte beaucoup. Je voudrais te suivre , là tout de suite et tout abandonner mais je ne veux pas lui faire ça , c'est quelqu'un de bien.

J'avais tellement peur de lui avouer ça. J'étais convaincue qu'à tout moment , il allait sortir de la pièce. Au moins , je lui ai dis la vérité. J'espérais de tout mon coeur que cela puisse le convaincre car c'était tout ce que j'avais , après ça, je n'avais plus le moindre argument pour lui tenir tête. Je n'étais pas habituée à tenir tête à Julian et j'étais même convaincue que je sortirais perdante de cette manche. J'étais certaine que dans un avenir de cinq minutes, j'étais déjà là à l'embrasser. En songeant à cela, je me mordis un peu la lèvre inférieur. Je finis par oublier cette idée tentante la remplaçant par mon sourire d'enfant grâce à notre belle conversation sur Justin , mon horrible petit chihuahua. Oh je le savais bien , après avoir vu Julian , mon compagnon à quatre patte allait me faire une peine d'amour durant une semaine à hurler assis devant la porte d'entrée. Il avait fait pareil lorsque Tia était partie à Londres. J'étais tout de même heureuse que Julian ne suivre l'idée et se propose même pour venir voir ma petite boule de poil. Cela me donnait l'impression qu'il ne le disait pas seulement pour faire la conversation malgré l'air qu'il avait au visage qui ne se faisait pas totalement convainquant.

- D'accord, je le laisse toujours au bureau à l'entrée , quand tu passera devant, tu y jetteras un coup d'oeil

Je lui parlait d'une voix sympathique me sentant beaucoup mieux dans ce sujet de conversation que dans le précédent. Lorsqu'il parla de Max , je fis une moue. Au départ , j'avais trouvé que ce chien prenait beaucoup de place mais avec le temps , je m'y était attachée. Je trouvais que ce chien était beaucoup plus discipliné que Justin et il comprenait plus vite aussi. J'aimais beaucoup promener Max , il ne cherchait pas constamment à s'étrangler en tirant inutilement sur la laisse, non , il marchait calmement au pied ce qui me faisait vraiment plaisir. Je parut alors déçue.

- Oh dommage , je lui manque peut-être un petit peu. Moi je m'ennuie un peu de lui , ce cher Max suprême.

Dis-je sur un ton amical avec une expression d'amusement. Je me souvenais bien ce terme de supériorité que je donnais à ce chien. J'avais finit par prendre mon rang d'échelle à la blague en parlant de son blackberry ultime qui appelait son maitre et du Max suprême qui était plus grand que Dieu. Que de souvenirs décidément.

I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.quizzz.com/z/?z=3668
avatarJulian C. Mayers

CHAOS
control my mind


Nombre de messages : 3602
EMPLOIE : on top of the rock !
CÔTÉ AMOUR : une certaine secrétaire
CÔTÉ AMIS : Suzanne - Nick - Shanna - Skyrme - Evey
LIL' PIC :


Me, Myself & I
Me and the others:

MessageSujet: Re: Getting over you ? Nah, never ! [nos deux sont HOT]   Mar 14 Juin 2011, 13:23

Julian comprit à la réaction de la jolie blonde qu’il avait frappée fort. Un peu trop même … Il fut fier durant l’espace d’un millième de seconde, mais rapidement il se sentit mal. Il savait qu’après un an, il n’avait pas le droit de venir chambouler sa vie. Elle n’était pas venue elle à Londres pour le récupérer et de toute évidence, c’était parce que ça ne se faisait tout simplement pas. Par contre, lui, il avait décidé de le faire et là comme toujours il voulait plus. Il s’était fait pardonner du moins un semblant, ils s’étaient mis d’accord que l’erreur était commune. Malgré tout, il souhaitait la retrouver pour une dernière fois en sachant qu’il n’avait aucunement le droit sur tous les aspects de la question. Il n’avait pas le droit par respect pour Shanna. Après l’avoir retrouvé, il serait doublement pénible de la laisser partir encore. De plus , « la règle des ex » qui dit qu’après avoir rompu c’est très méchant de revenir xD Lorsqu’il comprit qu’elle se sentait mal et que c’était de sa faute, il se sentit d’autant plus mal et cela paru sur son visage aussi par une de ses nombreuses expressions. À cette plainte remplie de critique, il se sentit misérable. Elle avait trouvé comme il l’espérait quelqu’un, enfin, de bien. Il décida de lui dire qu’il était content qu’elle se soit trouvé une personne qui la mérite vraiment, mais un petit souvenir lui revint en mémoire. Le souvenir d’un homme qui autre fois avait été un compétiteur, un ennemi et un misérable vaut rien. Pour cette personne, il nourrissait encore une haine profonde qu’à l’idée d’évoquer son nom. Il espérait que cela serait la dernière fois.

- C’est pas Mike toujours ?

Le codirecteur avait gagné dans la compétition des personnalités. Julian, la personnalité gentille. Bon, relativement gentille … En tout cas, cette personnalité avait perdu pour l’instant à la pensée de cette question. Cependant, elle ne s’avoua pas vaincue face à la force du codirecteur, elle était tout aussi sexy que lui xD

- Bon, ce n’est pas grave. Tant que c’est une bonne personne, tu le mérites.

Ajouta-t-il d’une manière des plus lasse à son premier commentaire. La manière dont il disait les choses, il sous-entendait très clairement qu’il n’était pas une bonne personne et qu’il ne l’avait pas traité comme elle le méritait. Il se ravisa par contre de lui demander si elle était heureuse. Ce n’était pas une question qui se posait à jeun et il ne voudrait pas ce la faire retourner. Il préféra éviter ceci malgré qu’il mourrait d’envie de savoir. Après tout, elle venait de lui dire qu’elle serait prête à tout abandonner pour partir avec lui, tout ou presque. Il n’avait toujours pas commenté la première partie de son commentaire. Il se décida donc à le faire, il l’avait dit, il devrait l’assumer jusqu’au bout. D’une manière un peu embarrassée, il commença.

- J’aurai dû te le dire bien avant, j’y tenais c’est tout. Excuse-moi …

Woow ! Des excuses de la part de Julian Mayers se vendent très cher sur E-bay xD Il était très rare qu’il s’excuse avec cette forme si traditionnelle, qu’il le fasse en le pensant, un point c’est tout. Il n’aimait pas ça et non, il détestait. Par contre, c’était la moindre des choses lorsqu’il voyait l’état dans laquelle il l’avait mise. Elle ne méritait pas de devoir se questionner autant. Pour s’excuser, il avait réussi à la regarder dans les yeux contrairement au début de la phrase. Il détournait toujours du regard embarrassé et ne voulant pas admettre autant de sentiment. C’était l’avantage de sa relation avec Shanna, il n’avait pas de tel sentiment. Il espérait qu’elle ne veuille pas en savoir plus sur sa vie que ce qui concernait son compagnon canin. Il serait incapable de lui avouer qu’il avait continué son chemin avec la femme qu’il considérait à l’époque comme sa « public face ». Caithy mourrait de honte à l’annonce de cela, il le savait malgré toutes les explications qui justifiaient tant son choix. En sachant cela, elle voudrait surement partir, il devait éviter ce sujet à tout prix. Il ne souhaitait pas qu’elle parte tout de suite et pas comme cela. En fait, il laisserait facilement tomber les « thérapies de Nick » pour passer une dernière journée avec elle comme à leur début. Julian osa même penser qu’il s’agissait d’un signe qu’elle vienne le réveiller. Il se rappelait la journée où ils avaient shopiné ensemble et où elle était venue le réveiller un dimanche très tôt. Ou encore la fois qu’il s’était vengé et qu’il était aller chez elle tout aussi tôt pour sa promesse d’aller au zoo. Ce n’était pas un signe ? Il réprima, l’envie de lui débitât, cette théorie loufoque.

Parler de Justin c’était moins compliqué quoique ça revenait à leur première sortie … Il hocha de la tête à son commentaire, c’était le meilleur moyen de ne rien dire de stupide. Il montrait qu’il comprenait de cette façon et ça lui évitait d’ouvrir la bouche. Il finit par réussir à avoir un semblant d’air sympathique qui lui ressemblait. Hypocrite gentil c’était bien plus compliquer que jouer l’hypocrite qui fait pitié ou l’hypocrite méchant. Ensuite, ce fut la conversation sur le plus beau et meilleur chien du monde du point de vue de monsieur Mayers alias l’amoureux des chiens. Il sourit à la fin de son commentaire au fameux surnom de Max. Ça lui rappelait beaucoup de souvenirs, dont Blackberry Ultime. Julian s’ennuyait de Caithy et étrangement, Max avait compris cela. Par moment, Julian pouvait regarder pendant de longue minute une femme blonde dans la rue. Il ne la relookait pas non plus. Max le faisait à sa manière comme s’il jouait à cache-cache avec Caithy. Il leur était arrivé quelques mésaventures à cause de cela. Max n’avait pas fait attention au coin de rue et un conducteur leur avait crié dessus pendant quinze minutes pour avoir mis le pied sur la chaussé lorsque la lumière pour piéton n’était pas verte. Julian ne faisait pas attention au coin de rue, c’était le rôle de son chien. Cependant, insulter le conducteur c’était le sien.

- Oui, beaucoup … il a sauté une fois sur une femme blonde une fois.

Il commença son commentaire en hochant de la tête tout en parlant. Il appuya physiquement le mot beaucoup avec un hochement de la tête plus significatif. Par la suite, il continua plus honteusement, mais d’une manière rigolote la petite anecdote sur son chien. Une femme de dos ressemblait en tout point à Caithy. Julian était rendu au point à se poser de sérieuse question s’il s’agissait bien de son ex-copine. Max avait fait le lien avec le regard que son maitre portait sur la jeune femme et lui son cache-cache mondial. Il avait tiré d’un coup sur la laisse avec sa bouche. Julian ne comprenant plus rien avait lâché le bout. Max avait rapidement couru au-devant de la jeune femme pour y apposer sur le ventre ses deux pattes noires. En levant la tête le sois disant chien parfait s’était rendu compte qu’il ne connaissait aucunement la jeune femme. Heureusement, il venait de trouver un bon match pour son maitre. La jeune femme n’avait pas eu peur et elle avait fortement apprécié l’arrivée du maitre.

I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://citylove-gallery.e-monsite.com/
avatarKatherine G. Rosman
- ♥ - Read my Crazy Story - ♥ -
Nombre de messages : 2193
EMPLOIE : Secrétaire

Me, Myself & I
Me and the others:

MessageSujet: Re: Getting over you ? Nah, never ! [nos deux sont HOT]   Mer 15 Juin 2011, 00:25

Après lui avoir bafoué mes ultimes arguments au visage, j'analysais ses expressions. Je voulais savoir s'il m'en voulait. J'aurais trouvé ça normal à vrai dire , je lui avoue que je l'aime mais que je reste avec un autre parce qu'il est gentil. Je ne sais même pas comment moi je l'aurais pris à sa place. Pourtant non , le beau brun semblait bien avoir pris le coup. J'aurais dû m'en douter , il en fallait plus que ça pour l'ébranler. Suzanne aurait surement eu des arguments plus percutants qui aurait su le chambouler. Je n'était pas de taille et manquait d'expérience pour éloigner les autres de moi. J'ai toujours aimée attirer les gens au contraire , être entourée et me montrer aimable sans la moindre raison. La simplicité était plus mon champ d'expertise. Moi et Julian formions une belle paire , le compliqué et la simple , deux mentalités différentes qui s'entendait bien. Tandis que je songeais à cela , il me parla de Mike. Je ne put m'empêcher de rire. Je m'entendais très bien avec le mécanicien , ça avait été le cas depuis la première fois que nous nous sommes vus. Il avait souvent été gentil avec moi mais je ne l'ai toujours perçut que comme un simple ami. Je trouvais d'ailleurs que mon amie Tia formerait un beau couple avec lui mais il fallait croire qu'elle préférait ce bon à rien de Chace. J'ai appris à le connaitre ce cher one-night et il était bien gentil mais je ne croyais pas que c'était ce qu'il fallait à Tia. Leur relation était beaucoup trop étrange , c'était presque à se demander si c'était plus compliqué que mes situations loufoques. Le lien complexe qu'entretenait Julian et Suzanne équivalait-il l'étrange relation de Tia et Chace ? Dur à dire. Tandis que je riais des paroles de Julian, je lui fit signe que non de la tête.

- Non. À ce que je vois , tu n'apprécie toujours pas Mike

Répondis-je de manière amusée. J'en oublia de lui révéler l'identité d’Éric, ne serait-ce que son nom ou son métier. À vrai dire , je ne voulais pas en parler, je cherchais plus à éviter le sujet tout en détendant l'atmosphère par mon amusement. Je n'irais pas jusqu'à dire que ça pourrait rendre Julian jaloux seulement j'étais bien consciente que ce n'était jamais agréable d'entendre parler du « nouveau ». Moi je ne lui demandais pas de me parler de sa nouvelle copine. Je ne suis pas naïve, je me doutais bien que Julian avait surement rencontré des femmes à Londres et qu'il sortait probablement avec l'une d'entre elles. Le seul cas où j'aurais pu croire qu'il serait célibataire, ce serait uniquement si Suzanne serait avec lui à Londres mais non , elle était ici à New York. Je savais que c'était surement un coup dur pour Julian d'être privé de sa collègue , il la détestait peut-être mais il la connaissais tout de même depuis longtemps et s'était surement habitué à sa présence. Dans le temps où nous étions ensemble moi et lui, je n'avais jamais pu rien faire contre la présence imposante de Suzanne dans sa vie. Elle était là et il fallait que je l'accepte tout simplement. J'étais tout de même curieuse, je me suis mainte fois demandée à quoi pouvais bien ressembler la vie de Julian sans moi et Suzanne. Est-ce qu'il menait une vie normale ? Ou au contraire, il continuait à être surchargé de travail ? Une chose était certaine, il n'était pas seul. J'aurais pu connaitre sa vie à Londres , après-tout , Julian Mayers était un homme reconnu , sa vie était surement affichée quelque part par les paparazzis mais moi , je n'ai pas cherchée à savoir. Je ne voulais pas avoir de regrets et je savais que cela ne ferais que me causer du mal. Je n'étais pas une personne jalouse , ni possessive mais je savais que j'aurais pleurée de voir une photographie de Julian marchant dans la rue , main dans la main avec une femme en lui souriant sincèrement. Je ne voulais pas savoir , je ne voulais pas voir. Peu importe le nom de cette femme , peu importe qui elle était , aujourd’hui Julian Mayers était devant moi à me regarder de ses beaux yeux bruns et à me faire savoir qu'il tenait à moi. Je pouvais paraitre naïve mais je le croyait , je voulais le croire.

Et je l'ai cru lorsqu'il m'a dit qu'il m'avoua qu'il tenais à m'avouer l'importance que j'ai eu pour lui. Je ne l'aurais pas aimé davantage s'il me l'avait dit avant mais cela m'aurait fait sourire de l'entendre. À cet instant-là , tout se chamboulait dans ma tête , je ne souriais pas mais je rougissais. À l'intérieur de moi je sentis une chaleur bienveillante s'installer. Ce qu'il me disait me touchait beaucoup. Ce phénomène s'agrandit davantage lorsqu'il parvint à s'excuser. Je le connaissais assez pour savoir qu'il n'était pas de ceux qui avouait ses fautes ainsi. Il n'était pas de ceux qui offrait officiellement des excuses et je sentais que s'il l'avait fait aujourd'hui , c'était simplement parce qu'il y tenait. Je cru percevoir dans cet attention sa détresse et son désir de me prouver quelque chose. Le résultat s'est montré concluant car j'avais compris et j'en avais été bouleversée. Je n'avais rien dit , je resta un moment dans ma tête à simplement penser. En un éclair de nombreuses images parvinrent à mon esprit , ces beaux matins auprès de lui , lorsque nous devions nous lever de belle heure pour partir travailler , lorsqu'il osait me prendre la main en publique alors que nous voulions conserver son image intacte et vers la fin , lorsqu'il était venu me rejoindre sur le canapé à noël, alors que Nick avait envahit notre lit. Et puis , alors qu'il n'y avait plus d'images, je ne put qu'entendre le « je t'aime » qu'il m'avait murmurer à l'oreille lorsque je voulais le quitter un certain jour de pluie , en taxi.

Je revins à la réalité et je le regardais qui se tenais toujours devant moi. Je n'avais même pas entendu ce qu'il m'avait dit à propos de Max. Comme ça , sans prendre la peine de m'écouter moi-même ou mes deux anges cornus , je m'approcha de lui et me leva sur la pointe des pieds afin de pouvoir l'embrasser. Je posa une main sur sa joue et la seconde contre son épaule. J'y avais tellement pensé mais je m'interdisais cette envie de poser mes lèvres contre les siennes et enfin, je le fis. Ce fut pour moi un soulagement. J'ai apprécier le baiser , je n'en avais pas sentit un sincère depuis longtemps déjà et j'avais du mal à m'en séparer maintenant. Il y eut un moment où cela prit fin car j'étais redescendue sur mes pieds mais déjà , je me releva de nouveau pour l'embrasser une seconde fois pour revivre cet instant qui m'étais si précieux.

I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.quizzz.com/z/?z=3668
avatarJulian C. Mayers

CHAOS
control my mind


Nombre de messages : 3602
EMPLOIE : on top of the rock !
CÔTÉ AMOUR : une certaine secrétaire
CÔTÉ AMIS : Suzanne - Nick - Shanna - Skyrme - Evey
LIL' PIC :


Me, Myself & I
Me and the others:

MessageSujet: Re: Getting over you ? Nah, never ! [nos deux sont HOT]   Mer 15 Juin 2011, 01:14

Julian avait eu le temps de prendre le coup faut dire. Il s’était attendu depuis très longtemps qu’un homme beaucoup plus à l’aise avec ses sentiments et son horaire de travail débarque pour embarquer sa princesse. Évidemment, cette phrase avait fait beaucoup plus de ravage qu’il ne l’avait laissée paraître. Dans l’avion, il avait son sujet de réflexion pour les six heures de vol. Pour l’ébranler, il ne fallait pas beaucoup plus. Pour que cela se voie très clairement dans son visage, il fallait une experte de la tempe de Suzanne. Une femme qui le connaissait que trop bien ; lui et ses failles. Elle aurait certainement réussi à lui faire très mal, mais elle aurait dû passer en outre leurs lois non écrites et parler ouvertement de leurs tabous. Dans ce cas, la joute serait devenue beaucoup plus musclée. Cependant, qu’elle ne soit pas Suzanne était un des points qui lui plaisant tant chez elle. Julian durant ses commentaires ne tentait pas tant de la chambouler. Il tenait seulement à lui dire des choses qu’il aurait dû dire auparavant et très souvent. En Mike, Julian avait toujours senti un compétiteur et cela depuis leur première rencontre. Il ne l’avait pas aimé au premier regard cet homme qui se pensait si bon pour absolument aucune raison. Il aurait souhaité des fois être capable de parler ouvertement de ses relations, mais il en était incapable. Il ne souhaitait pas que ses copines en fassent autant, il préférait ne rien dire ou presque de ses relations de cette façon personne n’était blessé. C’était un constat fait par expérience. Pour ne rien ajouter à sa situation, Mike avait tenté de séduire Caithy ou du moins, il s’était très clairement intéressé à elle avant qu’ils ne débutent leur relation. Au cinéma, il avait bien compris le jeu de l’homme aux cheveux blond. De plus, il ne pouvait pas apprécier cet homme par simple respect pour Suzanne. Ils n’appréciaient pas les ex d’un de l’autre par solidarité lorsqu’ils avaient été blessés. Au commentaire Julian sourit avec soulagement, mais il appréciait décidément de la voir rire. Il n’aurait pas souhaité la quitter en mauvais terme et garder une image d’elle avec les mains entortillées, les joues rouges et un air sérieux aux lèvres. Pour répondre à son commentaire, il roula des yeux et haussa des épaules pour dire qu’il ne pouvait rien y faire. Il n’aimait pas cet homme-là pour certaines raisons et c’était comme cela. Il avait tenté de l’apprécier, c’était un bon ami aux yeux de sa copine, mais il ne le supportait tout simplement pas.

Julian de son côté aussi, c’était imaginé que pouvait bien être la vie de Caithy sans lui. Étrangement, c’était toujours très beau et très rose. Il ne voulait pas s’imaginer le pire pour sa conscience fragile et pour son sommeil. À vrai dire, il s’était plus souvent demande comment était à présent la vie de Suzanne. Cette dernière qu’il connaissait tant devait tout comme lui avoir eu pas mal de difficulté à l’adaptation du nouvel habitacle. Autrement dit, il savait que son ex-copine malgré tout réussirait à retomber sur ses pattes beaucoup plus facilement que plusieurs autres de ses connaissances de bureaux. Contrairement à la plupart des humains normalement constitués, il avait apprécié que la presse à scandale laisser tomber la blondinette. Il n’aurait pas apprécié qu’il l’embête et encore moins, de connaître ses faits et gestes. La tentation aurait été bien trop forte. Justement, il était content qu’elle ne prononce pas beaucoup d’information sur son nouvel amant. Il se connaissait, il deviendrait jaloux et tous ses efforts seraient réduits à néant.

Julian se rendit compte en finissant de parler qu’elle ne l’écoutait plus tant que ça. Il voulut lui toucher le bras de l’autre main qui était libre pour qu’elle revienne à la réalité. Il n’eut, par contre, pas vraiment le temps, déjà elle approchait de lui. Un lège frison lui parcourra les bras et la nuque lorsqu’elle posa sa main sur son épaule. Il eut un moment d’hésitation, mais elle l’aurait surement frappé après toutes les belles phrases qu’il avait sorties. Il en avait très envie même plus que tout à ce moment précis. Par contre, Caithy avait son nouveau copain qui était supposément super bien. Lui, bon que pour la nommer, Shanna, mais ce qui le faisait douter était que s’il l’embrassait, il en voudrait encore et encore. Ensuite, il ne pourrait plus et le cauchemar recommencerait. Il laissa tomber ses craintes et il se dit que c’était un dernier baiser d’adieu. Il apprécia le baiser, c’était encore mieux que dans ses souvenirs. Il sera un peu plus la main qu’il avait entrelacée dans la sienne. Il posa son autre main sur sa hanche. Il ne pouvait pas faire beaucoup plus ce n’était qu’un petit baiser qui n’allait pas durer et ensuite, les adieux déchirants qu’il avait voulu éviter. Lorsqu’elle redescendit sur ses pieds, il essaya de parler, mais ce ne fut qu’un balbutiement. Il était très surpris et c’était à son tour d’être tout chamboulé. Il aurait voulu lui dire que ce n’était pas grave, qu’elle n’avait pas à s’en faire pour son copain, un dernier ce n’est pas important et que ce n’était pas lui qui le crierait sur les toits. Il savait qu’il était le coupable de cette action qu’il avait tant apprécié.

Elle le prit donc encore sur surprise en l’embrassant une seconde fois. Il ne pensait pas qu’elle oserait une seconde fois. Il fit tout pour apprécier le moment présent. Après, il le savait, son côté hypocrite prendrait les devants, elle avait réveillé une flamme en lui. Il détestait cet homme de tout son être, il ne pouvait même pas le placer en comparaison avec Mike xD Cet homme se devait d’être à la hauteur de ce qu’il souhaitait pour la jolie blonde. Il l’entoura de ses bras cette fois-ci pour la serrer bien contre lui. Il aurait bien voulu la montée à sa taille, mais s’il le faisait, ils étaient plus que perdus. Il lui demanderait pour sûr de partir avec lui ou encore, il enverrait Suzanne à Londres. Ses petites habitudes lui manquaient terriblement, l’Hispanique qui lui servait de copine se montrait très gentille, mais il ne sentait aucune sincérité dans leur relation que cela ne vienne de lui ou d’elle. À Maxim, elle avait bien été la seule à réellement s’inquiéter pour lui. Il avait bien sûr sa mère qui se faisait toujours un plaisir de s’inquiéter dans les moindres détails pour lui. Ce n’était pas la même chose avec elle, car cela était sa nature propre. Il descendit sa main qui était dans le bas du dos de la jeune secrétaire vers sa mi-cuisse en retrouvant ce corps qu’il connaissait si bien. Il se détacha de ses lèvres, il voulut lui glisser un mot à l’oreille, mais il ne trouva aucun mot et il finit par n’y voir aucune utilité. Après tout, il ne ferait que la faire partir et peut-être qu’il existait pire. Il la regarda dans les yeux avant de l’embrasser encore. Après tout ce temps, cela ne pouvait être vrai, il n’y croyait toujours pas. Comment pouvait-il en se disant que demain tout ça serait qu’un souvenir qu’il devrait oublier. Il se demanda s’il n’avait pas gardé quelques pilules, ça aiderait fortement pour les débuts.

I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://citylove-gallery.e-monsite.com/
avatarKatherine G. Rosman
- ♥ - Read my Crazy Story - ♥ -
Nombre de messages : 2193
EMPLOIE : Secrétaire

Me, Myself & I
Me and the others:

MessageSujet: Re: Getting over you ? Nah, never ! [nos deux sont HOT]   Jeu 16 Juin 2011, 00:32

Love , love , love ..... Tu me surprendras toujours. Combien de fois ai-je chantée tes louanges dans mon esprit ? Les occasions sont si nombreuses , impossible de le compter. Et combien de fois ai-je maudit ta misérable existence ? Tu m'a fait vivre comme tu m'as fais pleurer. Tu chamboule tout mon être comme le ferait des montagnes russes. Dernièrement , dans ma vie avec Eric, j'ai cru m'être sauvée de toi. Je ne me sentais pas voler sur des nuages mais je ne me sentais pas seule non plus. Je croyais que nous avions enfin eu un accord tous les deux , que nous avions enfin fait la paix, il faut croire que non ..... Mais je ne t'en veux pas « cupid » , aujourd'hui j’entends mon coeur battre , je me sens respirer , je vie de nouveau grâce à toi et au hasard qui a mené Julian jusqu'à moi de nouveau. Pourtant je te connais « love » , je ne suis pas dupe , tu as beau me rendre heureuse en ce moment , je sais que ce n'est pas gratuit. Tu crois que je n'ai pas vu clair dans ton jeu ? J'aurai beau vivre les plus beaux instants de ma vie aujourd'hui , qu'en sera t-il demain lorsqu'il n'en restera plus rien ? Que sera mon existence après ça ? Quels seront mes choix ? Je l'ignore. Devrais-je tout gâcher ? M'arrêter un instant pour y penser sérieusement ? Si mes deux anges cornus n'avaient pas été aussi incompétents, l'un deux m'aurais dit que ce serait ce qu'il y aurait de plus sage. Prendre le temps de réfléchir à savoir ce que je veux vraiment. Tu n'est pas une hypocrite Caithy , ce n'est pas toi de faire une chose pareille , tu n'est pas égoïste à ce point là. Il faut croire que oui puisque je le veux tellement. Si j'ai pris le risque de l'embrasser , c'est parce que je savais qu'il ne me repousserait pas. Je ne m'attendais par contre pas à ce qu'il ne m'approuve autant. J'étais convaincue qu'il allait poser un commentaire par la suite , quelques chose de stupide juste pour nous mettre plus à l'aise, pour éviter des adieux tragiques. Lorsque je m'étais redescendues sur mes pieds , je savais que c'était à ce moment là que je devais prendre mon courage à deux mains et lui dire au revoir mais cette pensée m'affligea tellement que j'avais cherché à retarder l'instant. C'est donc pourquoi je l'avais embrassé une seconde fois. Je ne voulais pas qu'il parte. Je voulais qu'il reste encore un peu avec moi.

Si mon premier baiser avait été gêné , mon second ne l'étais pas du tout. Je l'embrassais avec plus d'entrain , plus de passion et plus de sincérité et pour vous dire franchement , je ne m'en rendais même pas compte. Le pire dans tout ça , c'est que je n'en avais jamais assez. J'échappais un petit sourire lorsqu'il me serra contre lui. J'espérais que quelqu'un ne vienne mettre du ciment entre nous pour ne plus avoir à me séparer de lui. J'étais sincère et je sentais qu'il l'était aussi. Je savais que ce n'étais pas pareil avec Eric. J'aimais quand même ce gentil garçon, malgré mon manque de confiance à l'égard des hommes , Eric avait été patient et s'était toujours plié à mon embarras. Je lui devais beaucoup et malheureusement , j'avais l'impression que c'était ce qui m'avait retenue avec lui. Je ne l'embrassais pas parce que je le voulais , je le faisais pour ne pas qu'il me croit malheureuse. Je le faisais pour le rassurer , parce qu'il faisait beaucoup pour moi. Dans mon esprit , je voyais une petite figurine d'Eric qui se présentait à moi , vêtue d'un toxedo blanc avec un noeud papillon noir. Il mis un genoux à terre et me tendit un bouquet de fleur. Ce fut alors que Tia miniature lui arracha le bouquet des mains pour le serrer contre elle toute joyeuse, en respirant le parfum. Mike arriva derrière lui pour lui donner une petite tape derrière la tête. Lorsqu'Eric se releva, il se fit trainer de force par mes deux anges cornus qui lui prenait chacun un bras pour l'emmener loin , très loin de mes pensées. Si mes deux conseillers était incompétents en matière de sagesse , au moins , ils avaient l'agréable qualité de libérer mon esprit de mes tourments.

Alors qu'Eric venait d'être chassé , Julian s'était arrêté. C'était comme si je venais de me réveiller tout d'un coup. Je leva innocemment les yeux vers lui. J'étais certaine qu'il allait me sermonner ou encore me demander ce que je voulais , si je voulais partir avec lui ou non. J'espérais qu'il ne pose pas la question parce que moi , je n'avais pas réponses à donner. Je m'approcha encore un peu allant accoter mon front contre le sien afin que nos visages soient à proximité. Je ferma les yeux l'espace de quelques secondes, ne faisant que sentir sa respiration glisser sur mes lèvres. Lorsque j'ouvris les yeux , je succomba à ses beaux yeux bruns et je me surpris à espérer de tout mon coeur qu'il ne dise rien. Il n'avais rien dit , il m'avais embrassé de nouveau , c'était mieux que ce je désirais vraiment. Je posa une main contre sa nuque afin de le pencher un peu plus vers moi. Petite fille sage deviendra t-elle cruelle ? Oui bien sûr. Ma main libre tirait sa chemise vers moi et ma jambe droite levait contre sa taille découvrant un peu ma cuisse puisque ma jupe remontait. Tia aurait été fière de moi. Je ne croyait plus voir les limites mais pourtant il y en avait ....
Love , love, love ..... Pourquoi me maltraite-tu ainsi ?


I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.quizzz.com/z/?z=3668
avatarJulian C. Mayers

CHAOS
control my mind


Nombre de messages : 3602
EMPLOIE : on top of the rock !
CÔTÉ AMOUR : une certaine secrétaire
CÔTÉ AMIS : Suzanne - Nick - Shanna - Skyrme - Evey
LIL' PIC :


Me, Myself & I
Me and the others:

MessageSujet: Re: Getting over you ? Nah, never ! [nos deux sont HOT]   Jeu 16 Juin 2011, 02:00

Julian avait bien entendu voulu dire quelque chose de stupide à deux reprises ! Il pensait réellement qu’elle allait partir à ces moments. Mais non le beau brun avait appris à se taire. Du moins un peu xD À chaque moment qu’elle s’éloignait un peu de lui, il pensait qu’elle voulait partir, il ne se sentait pas encore prêt à lui faire ses adieux. S’il savait qu’il pourrait la revoir le lendemain, il n’aurait pas eu de difficulté à finalement lui faire ses aurevoirs. C’était plus que mal ce qu’il faisait maintenant. Chaque hypocrite avait son point faible, Julian c’était les histoires d’amour. Personne n’était réellement infaillible. Il avait vécu des trucs en amour que personne ne pouvait envier et c’était de là sa faiblesse venait. Heureusement, ce n’était pas la pire des faiblesses qu’il avait. Les deux amoureux se redécouvraient avec passion et entrain. Julian se rendit bien compte qu’au début, ils avaient gardé une certaine distance entre leurs deux corps malgré qu’ils se touchaient directement. Au tout début, il voulait se rapprocher d’elle c’est sûr, mais il avait réussi à garder une distance. Cependant, à ce stade il n’aurait pu remettre une distance entre leurs deux corps. L’idée de mettre du ciment entre leurs deux corps serait une proposition alléchante à ce moment aux yeux du jeune Britannique.

Il détacha sa main qu’il tenait enlacée dans celle de la jeune femme. Celle qui depuis le début de la conversation tenait l’autre pour remonter lentement vers le haut. Il passa ensuite sa main dans ses cheveux blonds comme il aimait le faire auparavant. Il se sentit tirer vers l’avant ce qui était loin d’être déplaisant, il se laissa faire. Sa main qui était enfin libre, il la fit descendre lentement de l’extérieur de l’épaule jusqu’au niveau nombril. Ensuite, il dirigea sa main dans le bas de son dos pour remplacer l’autre main. Cette dernière tenait à tout pris à toucher la peau nonchalamment exposée. Il replaça ensuite un peu la jupe de la jeune femme et jeta un regard très rapide à la porte. Personne n’était à la porte et elle donnait l’impression d’être barré. Il ne se posa pas de question là-dessus, il s’en foutait carrément. Avec ses deux mains libres, il eut la possibilité de lever la jeune femme niveau de sa taille. Évidemment, ce n’était pas la position idéale, il ne pouvait plus lui tenir la main, passé sa main dans ses cheveux ou toute autre caresse. Par contre, c’était positif, ils étaient plus collés un sur l’autre. Leur torse était un contre l’autre.

Il se déplaça jusqu’au bureau de Suzanne qui n’était pas très loin. Il déposa la jeune femme sur le rebord du grand bureau qui était heureusement bien rangé. C’était le contraire de celui de Julian à Londres. Julian pouvait se montrer très organisé, mais son bureau ne reflétait absolument pas cet aspect de sa personnalité. L’aspect chez le beau directeur que représentait son bureau était son côté travailleur, car il avait une tonne de papier que relatif au travail. Son bureau à la base était rangé, mais les gens tels que Warren venaient et déposaient les dossiers. Ensuite pour ne pas faire de trop grande pile, les employés déposaient leur document un peu à côté tout en évitant de déplacer les choses que Julian tenait à ce que personne ne touche. Ce qui faisait qu’en une seule journée, il avait plein de dossier et de papier beaucoup plus que le bureau pouvait contenir sur les centimètres carrés du dessus. Dans les choses qu’il ne tenait pas à ce que les gens touchent, il y avait l’insigne avec son nom dessus. Il avait fait faire cela à New York pour que les gens différencient le bureau de chaque codirecteur. Il avait l’habitude de l’avoir, c’est pour cela qu’il l’avait gardé. En ce moment, il réalisait, en fait allait réaliser, un grand fantasme. Il trouvait cela dommage qu’il n’est jamais pris le temps de le faire avant. Il savait que c’était un truc qui frustrerait Suzanne au plus haut point. Malheureusement, il n’avait plus à la frustrer, ils étaient dorénavant des amis. Étant un jeune directeur, il avait pour discréditer et son simple plaisir, il avait à plusieurs reprises eu des relations sexuelles sur un bureau. À Maxim dans l’époque de Joel, c’était presque quelque chose de normal. Il mit ensuite, une main sur le dessus de la cuisse de la jeune femme qui était à présent assise. Julian n’avait pas perdu le tour. À le voir agir sans se poser de questions et sûr de lui, il était facile de déduire qu’il était expérimenté. Cependant, arrivé au bureau, il se demandait un peu comment allait réagir la blondinette. Il la connaissait et il savait qu’elle ne serait peut-être pas à l’aise de faire cela à cet endroit. De plus, il y avait l’homme mystérieux qui malheureusement pour Julian était peut-être revenu dans son esprit.

I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://citylove-gallery.e-monsite.com/
avatarKatherine G. Rosman
- ♥ - Read my Crazy Story - ♥ -
Nombre de messages : 2193
EMPLOIE : Secrétaire

Me, Myself & I
Me and the others:

MessageSujet: Re: Getting over you ? Nah, never ! [nos deux sont HOT]   Jeu 16 Juin 2011, 03:34

J'ai frissonné de plaisir lorsqu'il avait caressé mes cheveux. J'aimais qu'il ne le fasse , j'avais l'impression d'être traitée comme une princesse. Puis lorsqu'il avait regardé la porte , je ne fit que tourner mon regard dans la même direction que lui. Je compris sa gêne et partageais son avis sur le fait que cela aurais été très embarrassant qu'on nous surprennes. Cet échange avec Julian n'avait rien de d'innocent , nous savions tous les deux que nous étions en train de faire quelque chose de mal. Oui bon , lui il s'en foutais peut-être , je ne le jugeais pas sans savoir mais je me disais qu'il semblait bien le prendre après-tout . Moi pour ma part je n'étais pas habituée de tromper les gens. Il le savait bien et il savais autant que moi qu'à tout moment , je pouvais changer d'avis et faire ressurgir ma bonne conscience. M'en voudra t-il à ce moment là ? M'en voudra t-il d'avoir toujours été cette femme sage et innocente qu'il a aimé ? Il me semblait qu'à chaque fois qu'il cessait de m'embrasser , j'hésitais. Et lorsqu'enfin ses lèvres rencontraient les miennes, j'oubliais tout , me laissant enivrer par le séduisant directeur. Et donc , j'avais de nouveau tout oublié lorsqu'il revint vers moi. J'ai été incroyablement surprise qu'il me soulève à sa taille et malgré le manque de confort , je ne détestais pas , j'étais effectivement plus près de lui. J'enroula mes bras autours de son cou et ses épaules afin de m'appuyer et ne pas tomber. Fort heureusement il me trouva un endroit où m'asseoir mais quelle ne fut pas ma surprise en réalisant qu'il s'agissait du bureau de Suzanne. En m'y asseyant , je tassa discrètement les dossiers que j'étais venue lui apporter et dans ma tâche j’accrochai un bibelot qui bascula sur le bois du bureau. Je prit la délicatesse de le replacer comme il se doit. J'avais beau être cruelle en ce moment , il me restait encore un brin de politesse.

Lorsque ce fut fait , je me retourna vers lui , arrivant pour l'embrasser mais je m'arrêta en voyant son air. Il semblait me questionner , comme s'il n'était pas certain de ma réaction face à cela. Ce fut alors que je baissa les yeux vers sa main sur ma cuisse et que je réalisa enfin la situation. Je pris quelques secondes pour y réfléchir. Je savais tout à l'heure vers où allait cette aventure et j'avais été consentante. Je ne voulais pas hésiter alors que j'étais si sûre de moi. Je ne voulais pas qu'il me donne l'occasion d'hésiter. Est-ce qu'il le voyais ? À quel point j'avais peur en ce moment ? Après cet accident au FBI , je ne voyais plus le sexe sous le même oeil. Je le voyais comme quelque chose de désagréable, une corvée , je n'aimais vraiment pas ça et il fallait toujours qu'Eric soit incroyablement patient , prenne beaucoup de temps pour qu'on en arrive à quelque chose mais pour moi , ça ne changeais pas , ça ne valait rien. Après mon viol , j'ai consulté une psychologue qui m'a beaucoup aidé, j'ai mis plusieurs moyens en place pour ne pas être bloquée par mes traumatismes. Je m'améliorait énormément , je sympathisait de nouveau avec les gens mais il y avait d'autres choses qui n'avaient pas changés. Aujourd'hui , j'acceptais de vivre l'expérience avec Julian parce que je lui faisais confiance , parce que j'étais convaincue que ça allait bien se passer. Je voulais vivre une expérience différente que d'être étendue dans un lit à regarder le plafond. Alors oui , dans un bureau , comme ça dès la première rencontre, pourquoi pas ? Peut-être que ça va m'aider ensuite. À voir son air , je lui souria faiblement afin de le rassurer et approuva de la tête comme quoi tout allait bien. Je m'avança pour poser un très faible baiser sur sa joue droite, puis la gauche et un second , très court et doux sur ses lèvres. J'alla prendre ses deux mains et l'attira un peu vers moi , allant poser ses paumes dans mon dos. Puis je libéra mes mains et en posa une contre son épaule tandis que la seconde glissait doucement le long de sa chemise , du haut vers le bas , détachant les boutons. Mon visage restait près du sien lui offrant quelques baisers timide sur ses lèvres, sa joue et sa tempe.


I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.quizzz.com/z/?z=3668
avatarJulian C. Mayers

CHAOS
control my mind


Nombre de messages : 3602
EMPLOIE : on top of the rock !
CÔTÉ AMOUR : une certaine secrétaire
CÔTÉ AMIS : Suzanne - Nick - Shanna - Skyrme - Evey
LIL' PIC :


Me, Myself & I
Me and the others:

MessageSujet: Re: Getting over you ? Nah, never ! [nos deux sont HOT]   Ven 17 Juin 2011, 00:29

Woow, comme une princesse ? Décidément, les princesses américaines sont moins difficiles à combler que les princesses espagnoles ! xD Julian avait tourné la tête vers la porte et Caithy avait fait de même. Mentalement, il se croisa les doigts pour qu’elle s’en foute tout autant que lui. Il avait vraisemblablement les mêmes opinions qu’elle, mais il était dans certaines situations capables d’en faire complètement abstraction. Contrairement à la plupart des gens qu’il croisait dans la rue, il était capable de les tromper et de les duper. Parfois, c’était sans le moindre scrupule et sans remords. Par contre, il lui arrivait d’avoir un petit jet de sentimentalité à l’égard de ses mauvaises actions. Cependant, lorsque le beau brun décidait qu’il faisait l’hypocrite, il se laissait submerger par cet aspect de lui et se focalisait seulement là-dessus. Cela dans le but de ne pas avoir une conscience qui apparaissait par hasard. Ça lui arrivait tout de même parfois, mais c’était qu’il n’était pas resté dans le rôle qu’il s’était donné. Il l’avait facilement soulevé dans le feu de l’action cela paru doublement moins difficile. Sur le coup, il apprécia grandement quelle enroule ses bras autour de son cou et de la sentir si proche de lui. Cependant, le confort n’était pas là et il se demandait réellement s’ils allaient franchir le capte. Pour sa copine, les baiser et faire l’amour étaient deux choses que l’on pouvait ou presque séparer. Elle appréciait le faire, mais il fallait avoir tout réglé avant. Cela avait été comme ça la première fois chez ses parents et la même situation s’était reproduite à l’Halloween. En la reposant, il finit par se dire ce qui n’était pas réglé était de son côté et non du sien. Elle avait de toute évidence pris ces décisions. Il sourit en coin en la voyant assise sur le bureau en train de remplacer un bibelot. Il voulut lui déposer un baisé dans le cou, mais il se ravisa. La question était trop présente de son côté. Non pas que lui, il avait peur de faire de la peine à un homme. Il l’avait fait bien trop souvent pour se soucier de ce genre de chose. Il ne voulait pas rendre la vie de son amoureuse plus compliquer en faisant les gestes qui dépasseraient la ligne de non-retour. Julian ne décela absolument rien au tout début dans le regard bleu et brun de la jeune femme. Il aperçut quelque chose qu’il ne comprit pas dans son expression.

- C’est bon ?

Hésita-t-il dans un petit murmure. Il manquait le début de sa phrase dans ce qu’il disait. « Tu ne vas pas regretter, hein, c’est bon ? ». C’était beaucoup plus le sous-entendu de sa phrase qu’autre chose. Il comprit le message lorsqu’elle lui sourit. Il sentit la différence, mais ne s’en soucia guère lorsqu’elle déposa un baiser sur sa joue droite. À la suite du baiser sur les lèvres, il lui en donna un second en glissant sa main libre sur sa nuque et presque dans ses cheveux. Sa deuxième main était toujours dans la même section, elle ne progressait pas réellement vers la fermeture de la jupe. Elle donnait plutôt l’impression d’hésiter entre le haut du corps et la chair nouvellement montrée de la cuisse. Il la flattait plus qu’autre chose redécouvrant des formes qui pourtant il connaissait mieux que quiconque. Il déposa plusieurs baisés dans le cou quand elle se mit à la lourde de tâches de déboutonner sa chemise. Contrairement à la jeune femme, il était loin d’être timide. Une idée lui passa par la tête, il allait lui faire des suçons à force de l’embrasser à cet endroit. Il lui offrit à la place des baisés sur les lèvres des plus longs et des plus courts. Il constata qu’elle était plus que très différente de Suzanne qui lui aurait arraché sa chemise en un éclair pour découvrir son torse. Il était tout de même dans une bonne situation, elle ne pourrait pas voir son dos que Suzanne avait maltraité lors de leurs retrouvailles dans le lit. La position n’était pas mal non plus. Ils étaient à une hauteur semblable, malgré qu’il devait se pencher vers l’avant légèrement. Un torticolis valait bien tout ceci à son avis. Après un instant, il décida que c’en était assez qu’il devait lui aussi à son tour faire un pas. Il glissa sa main sous la jupe en prenant bien soit de commencer la remontée au genou et d’y aller très lentement. Il profitait de l’occasion d’être si proche d’une femme qu’il désirait tant. Avec Shanna c’était bien beau, mais il n’avait pas le désir qu’il avait pour la blondinette. Il ne prenait pas autant de plaisir à passer sa main dans les cheveux bruns de la directrice. Il le faisait lorsqu’il couchait ensemble, mais d’une manière beaucoup plus machinale qu’à l’instant. Dans son regard tout était là lorsqu’il se séparait de ses lèvres pour prendre une inspiration pour s’y remettre de plus belle.

I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://citylove-gallery.e-monsite.com/
avatarKatherine G. Rosman
- ♥ - Read my Crazy Story - ♥ -
Nombre de messages : 2193
EMPLOIE : Secrétaire

Me, Myself & I
Me and the others:

MessageSujet: Re: Getting over you ? Nah, never ! [nos deux sont HOT]   Ven 17 Juin 2011, 01:38

« C'est bon ? » - me demanda t-il. Je lui avais souris pour le rassurer mais je m'étais posée la question à moi-même dans mon esprit par la suite. Est-ce que tout va bien Caithy ? Je n'avais aucun doute sur l'instant présent , je me sentais bien avec lui et je me demandais sérieusement ce qui me retenais de tout laisser là et de partir avec mon shroomish. Je commençais à chercher les mots , je cherchais une explication pour Éric. Je ne saurais lui mentir. Je pourrais simplement lui dire que je veux partir à Londres pour prendre un poste là-bas mais encore, ce serais malhonnête. Alors je lui dirais tout. Il m'en voudra surement mais puisque je vais partir ensuite dans un autre pays , cela m'évitera de faire honte lorsque je le croiserais. Je n'aurai qu'à m'expliquer une fois avec lui et c'est tout , lui expliquer que j'ai toujours des sentiments pour mon ex et que c'est quelque chose que ni lui ni moi pouvons contrôler. De cette manière-là , je trouvais que c'était bien dit. Et c'est là que j'ai eu une hésitation. Je fut triste de me demander si Julian lui, voulait toujours que je vienne. Il m'avait dit tout à l'heure qu'il n'avait pas voulu dans les premier instant de notre séparation, m'obliger à venir mais qu'en était-il maintenant ? Qu'en était-il de cette nouvelle femme dont je soupçonnais l'existence ? Je me sentirais incroyablement stupide de lui demander de la laisser pour moi. Peut-être qu'il ne faisait qu'un tour à New York comme ça et qu'il était incapable de me dire non à cet instant. C'est vrai qu'une première rencontre , ce n'était pas suffisant pour qu'on ne laisse tout tomber dans un élan de folie ..... Je me sentis naïve tout d'un coup d'avoir songé à chambouler toute ma vie comme ça, dans un élan soudain.

Tandis que je déboutonnais sa chemise , je sentis les baisers qu'il m'offrait dans le cou. Je souria alors à moi-même et ferma les yeux un instant aimant qu'on ne fasse cela. Il fallu que Tia miniature intervienne et ne claque dans ses mains à coté de mon oreille pour me réveiller et me faire comprendre qu'à ce rythme-là , je n'arriverais jamais à déboutonner cette chemise. Si ces baisers-là avaient ralenti ma tâche, ces lèvres contre les miennes me déconcentrait littéralement car je ne voyais plus les boutons mais je les cherchais et je parvint tout de même à terminer. J'ai toujours été un peu gourde coté amoureux , il ne fallait pas espérer trop de ma part non plus. Pourtant j'étais bien enjouée par cette idée de bureau , j'avais l'impression que j'entrais dans le cercle vicieux de Tia. Vous savez, avant que ma meilleure amie ne parte pour Londres, je la voyais beaucoup , elle et one-night. Cependant , contrairement à avant , Warren n'étais plus dans le groupe étant partit vers le nouveau continent depuis longtemps. Ce qui faisait donc que je me retrouvais seule , avec Tia et One-night. Que de situations gênante je dois vous dire, les deux ensembles étaient parfois quelque chose. Il y avait quelques fois où ils se regardaient et se mettait à rire comme ça , sans que je ne comprenne. Quand je leur demandais de m'expliquer , ils me disait que je ne comprendrais pas , que ce serais un trop grand choc pour mon âme innocente. Il y a deux ans , je croyais que la ligne qui me séparais de Tia était ma virginité. Pourtant , même après avoir franchi le pas avec shroomish, je ne suis jamais parvenu à comprendre « ce que je ne comprenais pas ». J'ai l'impression que même si je cherchais à suivre les folies de Chace et Tia , ceux-ci trouverait toujours de nouvelles bizarreries à faire pour m'empêcher de les comprendre. On dirait même qu'ils prennent un certain plaisir à m'exclure de leur cercle mais tant pis. Je ne le prenais pas mal.

À un moment , nous nous sommes arrêtés de nous embrasser pour reprendre notre souffle. Vu de profile , cet instant vous paraitrait très court mais pour moi , il avait semblé très long car je m'étais rendu compte que sa main glissait sur ma cuisse. Dans ces quelques secondes à peine , je m'étais mise à avoir peur. J'ai fermé les yeux un moment et me suis mordu la lèvre inférieur , je me suis mordu tellement fort que j'en ai fait le saut. Je ne voulais pas avoir peur , pas maintenant , ce n'était vraiment pas le moment. Cette peur que je ressentais pour les hommes en général et pour Éric, je ne voulais pas la vivre avec Julian. Il fallait que je me ressaisisse et que je me calme. J'avais peur qu'il ne remarque mon inquiétude , il trouverait ma méfiance plutôt ridicule dans un instant aussi anodin et je le trouverais aussi. La peur était une raison de plus qui me faisait détester le sexe. C'était incontrôlable , elle arrivait sans que je ne puisse l'empêcher. Je n'aimais pas avoir peur alors je n'aimais pas faire l'amour , aussi simple que cela. Je chercha un peu de soutien en refermant ma main sur le tissu de sa chemise au niveau de l'épaule comme pour la tenir. Pour calmer ma peur j'ai eu l'idée de prendre des initiatives comme pour faire voir le geste sous un autre angle. C'est pourquoi je leva une jambe derrière le dos de Julian pour le rapprocher plus de moi , je l'avais fais doucement pour ne pas le brusquer non plus. Puis , je détacha sa ceinture moi-même , cette fois je regardais ce que je faisais ayant retenu ma leçons pour la chemise. J'avais les yeux baissés vers mes mains mais je conservais tout de même mon visage près du sien si bien que je pouvais le sentir respirer.

I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.quizzz.com/z/?z=3668
avatarJulian C. Mayers

CHAOS
control my mind


Nombre de messages : 3602
EMPLOIE : on top of the rock !
CÔTÉ AMOUR : une certaine secrétaire
CÔTÉ AMIS : Suzanne - Nick - Shanna - Skyrme - Evey
LIL' PIC :


Me, Myself & I
Me and the others:

MessageSujet: Re: Getting over you ? Nah, never ! [nos deux sont HOT]   Ven 17 Juin 2011, 02:49

Notre beau brun fut bien obligé de se rendre compte que le travail sur les boutons de sa chemise n’avançait pas très rapidement. Il émit un petit rire lorsqu’elle commença à avoir de la difficulté, il le sentit par les mouvements qu’elle faisait. Il retira ses lèvres de sur les siennes un instant en lui caressant le visage pour lui laisser finir. Non, du Julian tout cracher ! Rien pour rendre la tâche un peu plus facile toujours pour que cela ne soit légèrement plus difficile. Il ne faisait que la rendre plus facile en apparence. Julian n’avait jamais compris l’amitié qu’entretenait sa copine avec l’étrange blondinette. Il concevait clairement qu’elles devaient avoir un semblant de bonne relation étant donné qu’elles avaient une mission commune. Si tous les partenaires au FBI donnaient ce que cela avait donné pour Suzanne et lui, le chaos serait omniprésent dans l’enceinte de la bâtisse et dans la ville. Cependant, elles étaient si différentes sur tant de points. C’était tout de même merveilleux, à son avis, que deux personnes si différentes puissent être si proches. C’était sans doute la clef, la différence entre les deux personnes. Julian comprenait nettement les sous-entendus de la blondinette et de son copain sans vraiment vouloir les comprendre parce qu’il ne les appréciait pas particulièrement. Il avait été longtemps dans des écoles privées, il connaissait sans doute mieux ce dont ils parlaient qu’eux. La base des écoles privées est tout d’abord la drogue, par la suite le sexe et pour finir les résultats en général. S’il avait à choisir pour ses futurs enfants entre le privé et le public, le choix serait difficile. D’un côté, il appréciait que Shroomishette ne comprenne pas tout à fait ce que les deux pervers pouvaient bien dire. Elle ne lui posait donc aucune question sur son historique de vie, ce qui l’arrangeait. Qu’elle ne comprenne pas tout, ça l’embêtait un peu sans qu’il n’aille vraiment de raison précise. Elle ne lui demandait pas vraiment d’explication, mais ça lui faisait étrange, lui qui était habitué aux femmes presque blasées de la recherche de nouveauté. Par contre, il n’était pas blasé et seulement, désintéressé à faire une tonne d’expérience.

Tout était bien beau pour Julian, il était presque au stade Nicky xD Sérieusement, il trouvait que les choses allaient bien et que la jolie blonde ne donnait pas trop l’impression de penser à son copain. Quoique l’idée à ce moment qu’elle ait un copain lui faisait une petite pression au cœur, un sentiment bien étrange et différent à ce qu’il éprouvait durant leur conversation. Il n’aurait pu l’expliquer sauf par le mot jalousie... Encore là, c’était une sorte de jalousie modifier à la x-men. Durant la conversation, c’était bien qu’elle est enfin quelqu’un digne d’elle et de sa gentillesse. Cependant, à ce moment, il se disait que lui, cet homme, cette chose, cette abomination de la nature avait peut-être touché la peau de sa copine au même endroit que lui. Bien pire encore, elle avait même probablement apprécié les gestes. Il se détacha de cette idée, bien d’autres hommes avaient touché Caithy. En fait, non et il ne pouvait se le cacher. Sauf si ! Nah, ce n’était pas son genre. Cependant, il continuait de coucher avec Shanna et il savait que bien d’autres personnes étaient passées sur elle. De cette manière incongru, il se détacha de ce sujet préférant encore penser à une envolée de castors. Il retira sa main qui était dans ses cheveux pour qu’elle lui caresse le dos. En montant et en descendant, il sentit l’agrafe du soutien-gorge. Sa main qui était sous sa jupe n’était pas encore rendue jusqu’au fameux point déterminant, mais elle était relativement proche. Ce fut environ à ce moment que Caithy fit le saut. Julian le sentit et il était bien trop concentré sur ses désirs qu’il fit le saut à son tour. Il lui sera la cuisse croyant être pris sur le fait par Suzanne. Il fit presque « et merde ». Aucun cri ne résonna à son oreille pourtant. La tête baissée sur l’action, il aperçut la lèvre inférieure de la secrétaire, mais osa tout de même se tourner la tête complètement vers la porte. Caithy s’était déjà remis à l’action et il devait se pencher un peu plus contre elle à cause de son pied dans le dos. Il lui sourit en montrant qu’il appréciait la tournure et avec amour. Cependant, elle s’était mordu la lèvre très fortement. La main qui était attitrée à la cuisse fut déplacée pour l’enlacer dans le dos. Il commençait à un peu perdre l’équilibre à force d’être tiré vers elle. Avec son autre main de son pouce, il passa doucement son pouce à côté du milieu de la lèvre pour voir les dégâts. Il examina les détails la tête pencher sur le côté comme le faisait les policiers sur les scènes de crime. Ce n’était pas comme la dernière fois. Peut-être l’avait-il embelli avec la nostalgie. Cependant, à force d’assembler les petits détails qui marchaient plus ou moins bien ensemble et en y ajoutant ses peurs, ce n’était pas le plus beau des mélanges. Peut-être était-ce qu’il n’avait pas encore dit rien de stupide … Et bien qui avait parié pour ce moment ?

- Est-ce que ça te dérange les suçons parce que tu es très proche de saigner là, tu sais ?

Il blaguait clairement cela se voyait par le ton de voix qu’il utilisait et ses expressions faciales un peu à la Nick, mais améliorées. De la manière dont il disait les choses c’était comme un adulte qui demandait à un enfant s’il était sûr d’aimer le chocolat pourtant l’enfant avait la bouche couverte de chocolat. Il lui glissa un bisou aux commissures des lèvres. Pour ensuite l'embrassé malgré tout, mais en croisant les doigts pour qu'aucune plait ne s'ouvre. C’était suffisant de son côté pour détendre le malaise qu’il avait en lui. Il fallait arrêter de pense, mais il n’en était pas capable. De toute façon, les préliminaires servent qu’à mettre les gens à l’aise, non ?

[ HJ: Oh, my gosh ! J'était inspirée ce matin lol ]

I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://citylove-gallery.e-monsite.com/
avatarKatherine G. Rosman
- ♥ - Read my Crazy Story - ♥ -
Nombre de messages : 2193
EMPLOIE : Secrétaire

Me, Myself & I
Me and the others:

MessageSujet: Re: Getting over you ? Nah, never ! [nos deux sont HOT]   Ven 17 Juin 2011, 23:57

[fuuuudddgggee choco-noisette j'ai vu ça !!! ]

J'ai aimée qu'il ne me regarde de cette façon, lorsqu'il passait son pouce sur mes lèvres endoloris. À ce moment là , j'ai levée les yeux innocemment vers lui et je l'ai regardé tout simplement comme si je venais de réalisé à quel point il était près. Ce n'était pas désagréable , au contraire , j'aimais observer attentivement quelques détails qui pourrait échapper à certain. Je me souvins alors de cette manie que j'avais , lorsqu'il était près de comme ça , à tenter de chercher un défaut physique qui pourrais me déranger et que je pourrais l'agacer avec , que ce soit un grain de beauté ou une simple cicatrice mais non. Il n'y avait rien que je voulais changer , j'appréciais tout. Même son tatouage de soleil sur la hanche , je l'aimais. Il me semblais que sans cela, ce ne serais plus Julian. Ce tatouage nous montrait une facette de lui, son entêtement. Sa tête de mule l'a poussé lors de son adolescence, à faire cette gaffe. Et encore , ce dessin nous apprend autre chose : Il ne retient pas de ses erreurs car malgré tout , il est toujours aussi entêté. Lorsque ses cheveux frisés sont un peu décoiffé, cela m'annonce qu'il est n'est pas motivé par la journée étant donné qu'il n'a pas trop prit le temps de se préparer le matin. De simples détails que l'on voudrait changer et qui représente des défauts pour les autres, pour moi , ils veulent dire tellement. De le voir d'aussi près, j'avais l'impression qu'il ne pourrait penser à rien sans que je ne le comprenne car les yeux de Julian parlaient beaucoup et généralement , lorsqu'il était près de moi comme ça, il ne cherchait pas à être hypocrite. Dans l'instant où nous étions , je ne voyais pas pourquoi il le serait.

Finalement , l'instant que nous attendions tous arriva : Julian avait sortit une phrase stupide dans un moment important. Mon dieu qu'il me mettait dans tous mes états quand il faisait ça mais cette fois , c'était dans le bon sens. Je le regarda un moment d'un air attendrie , puis peu à peu un sourire s'agrandit sur mon visage jusqu'à en devenir un petit rire d'enfant. Je trouvais que l'instant était très bien choisit pour placer une réplique du genre. Ça m'avais amusée et ça m'avais mis à l'aise. Ça me faisait savoir qu'il n'avais strictement changé en rien depuis un an , le Julian que j'aimais était devant moi , tout entier , dans sa folie , son entêtement et sa douceur. Je ne saurais exprimer à quel point il m'avait manqué et à quel point il me manquera s'il partait sans moi. Je pensa au suçons qui m'avaient surement fait une marque dans le cou. S'ils paraissent encore tout à l'heure, je demanderai à Emma de me prêter son foulard pour aujourd'hui. Personne ne s'en rendrais compte , ce ne ferais qu'une touche féminine de plus dans mon habit et de toute façon, ne suis-je pas réputée pour m'habiller étrangement ? Restais à espérer que ça ne parte avant la nuit , ce serais embarrassant qu'Eric ne remarque , je n'ai aucun arguments contre ça. Je lui fis signe que non.

- Non ce n'est pas grave, il me faudra juste une explication à donner à Emma car ce matin, je n'avais pas de marque

Lui répondis-je de manière amusée. Puis il m'embrassa de nouveau , ce que j’appréciais. Je parvins à terminer ma tâche et à retirer la ceinture que je laissa tomber au sol de manière lasse. Je remonta mes mains jusqu'à ses épaules. Je les glissa derrière son colet et les descendit doucement comme pour abaisser sa chemise le long de son dos pour le lui retirer. Ce n'était pas nécessaire je sais mais vous partagez probablement mon avis à savoir , qu'il était encore plus plaisant de le voir sans.

I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.quizzz.com/z/?z=3668
avatarJulian C. Mayers

CHAOS
control my mind


Nombre de messages : 3602
EMPLOIE : on top of the rock !
CÔTÉ AMOUR : une certaine secrétaire
CÔTÉ AMIS : Suzanne - Nick - Shanna - Skyrme - Evey
LIL' PIC :


Me, Myself & I
Me and the others:

MessageSujet: Re: Getting over you ? Nah, never ! [nos deux sont HOT]   Sam 18 Juin 2011, 00:55

Julian n’avait jamais vraiment cherché à être hypocrite avec sa blondinette. Il avait toujours préféré lui dire la vérité que lui cacher. Il aurait certainement plus lui cacher des choses en utilisant sa facette hypocrite. Cependant, il savait que cela se retournerait contre lui, c’était toujours cela qui arrivait. De son côté, il savait qu’elle ne lui avait jamais rien caché, il n’en voyait donc pas l’intérêt. Quelques fois dans des moments de malaise, il avait pensé à mentir, mais il avait toujours fini par lui dire la vérité. Quoique peut-être une ou deux fois, il avait amélioré la vérité pour le propre bien de la jeune femme. Il n’avait jamais voulu lui faire mal, ce qui était sûr. Une fois, dans un moment d’impatience, il lui avait répondu sèchement à la manière qu’il répondait à Suzanne. Il s’en était voulu et elle aussi ne l’avait pas pris. Elle n’avait pas l’habitude de se frustrer, à chaque fois ça le surprenait énormément. À force, ils avaient fini par s’habituer un à l’autre et à leurs petites manies énervantes. Cependant, il avait une tête de mule et les certaines choses qui frustraient la jeune dame, il ne pouvait s’empêcher de les faire. Comme dire des choses stupides à des moments non opportuns. Il fallait croire que cela faisait son charme. Certaine fois, avec ses commentaires stupides, il la faisait sourire et d’autre fois, il plissait les yeux, se disant que la suite ne serait pas très appréciée. Par contre, elle restait une femme remplie de patience et de gentillesse, il savait qu’elle ne le frapperait pas jusqu’au sang. Il fut content et il esquissa un petit sourire à sa réaction, c’était bien qu’elle prenne son commentaire ainsi. Il n’avait pu s’empêcher de dire quelque chose, mais il n’aurait pas supporté qu’elle veuille partir à la suite. Il ne comprit évidemment pas à qui elle faisait allusion, mais il n’y porta pas beaucoup attention. Bon, une excuse pour avoir une marque dans le cou et cela fait au travail. Est-ce qu’elle blaguait ou elle voulait une réelle excuse digne de l’hypocrite que son amoureux était.

- Tu es tombé dans les escaliers ?

Il dit cela à la blague plus ou moins sérieusement. C’était l’excuse de base lorsqu’une personne avait un bleu. Il se dit que c’était très mauvais comme excuse et qu’elle demanderait à voir ses genoux, l’endroit propice aux blessures. Il fallait quelque chose de mieux. C’était sûr qu’il pouvait aller lui chercher une cravate et lui mettre au cou, mais cela ne serait pas très esthétique. Là, Emma se poserait plus de questions encore. Où est-ce qu’elle aurait trouvé cette fameuse cravate. Un éclair de génie lui passa par la tête, il fut très fier à son idée.

- Dit que c’est la faute de Suzanne !

Dit-il comme s’ils auraient du y penser bien avant. Il fit aussi en même temps un mouvement des mains. Par contre, il avait toujours gardé son autre main proche de son visage. La situation était à peu près la même à celle que Nick. Nick on pouvait l’accuser tout le temps lorsqu’il avait un bris quelque part. Suzanne lorsque quelqu’un pleurait, il y avait bien des chances que cela soit elle ou encore, des bleus. Julian était responsable des gens frustrés, colériques, tristes, énervés, drogués et fous. Il se laissa faire lorsqu’elle lui enleva sa chemise. Il était à présent torse nu, on pouvait admirer ses abdominaux et ses biceps. Suzanne qui connaissait ce corps peut-être mieux que sa propre mère avait remarqué les changements. Il n’était pas beaucoup plus musclé, mais la définition de ses muscles était beaucoup plus marquée. Un œil expérimenté remarquerait qu’il avait été au gym régulièrement. Auparavant, sa journée de travail l’épuisait tant qu’il n’avait pas l’énergie d’aller s’entrainer avant ou après. De plus, ses guerres incessantes avec Suzanne et les ascenseurs constamment brisés le tenaient en forme. Shanna qui était un ancien mannequin avait aussi eu un impact dans son alimentation. C’était le contraire de Nick qui pouvait se nourrir qu’avec des chips durant plus d’une semaine. Il décida de reprendre le travail qu’il faisait avant qu’elle ne fasse le saut. Une de ses mains était dans le dos, il la glissa lentement sous son chandail du haut. Il avait heureusement les mains chaudes, il ne la frigorifierait pas au moins. Son autre main n’avait pas laissé tomber l’idée d’aller sous sa jupe. Il finit par arriver à toucher à sa petite culotte par du côté des hanches. Il continuait toujours à l’embrasser sur les lèvres et dans le cou.

I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://citylove-gallery.e-monsite.com/
avatarKatherine G. Rosman
- ♥ - Read my Crazy Story - ♥ -
Nombre de messages : 2193
EMPLOIE : Secrétaire

Me, Myself & I
Me and the others:

MessageSujet: Re: Getting over you ? Nah, never ! [nos deux sont HOT]   Sam 18 Juin 2011, 02:15

Tombée dans les escaliers ? Voyons Shroomish, même Nick n'avalerais pas ça. Évidemment, il le disait en blaguant , j'avais compris. Il me faudrait un meilleur mensonge que cela pour échapper au flaire d'Emma Ivanov. Voyez-vous , ma collègue avait parfois des envies subites de vous fixer lorsque vous êtes près afin de discerner vos points noirs et vos cernes. Et à ce moment là , impossible de ne pas voir le plaisir sur ses lèvres à vous le faire remarquer. Emma était une fanatique de magazine , elle adorait la mode plus que tout et s'inspirait énormément des mannequins qu'on voit sur les pages de Maxim. D'ailleurs , elle tentait de le plus possible de leur ressembler et elle s'y prenait parfois par des moyens très peu correcte, comme la fois où je l'ai surprise à se faire vomir dans les toilettes .... Ou lorsque je l'ai entendu se plaindre comme quoi les chirurgies coutaient trop cher. Malgré son aspect plastique et son obsession sur son poids , Emma était une femme très gentille. Je m'entend très bien avec elle et d'ailleurs, c'est celle avec qui je traine le plus souvent dans mon rayon. Tous mes amis sont partis et je n'ai jamais songé à déranger Eric au travail. Parfois sur l'heure de diner , j'abandonnais Emma , qui de toute manière ne dinait pas , et je vais rejoindre Eric pour que nous mangions ensemble sinon, je ne le revois plus de la journée. C'est notre entente à tous les deux. Ce fut alors que Julian eu une seconde solution : Mettre tout ça sur la faute de Suzanne. Est-ce que quelqu'un a déjà eu une idée aussi suicidaire qui lui est passé par la tête ? À part Julian bien sûr. Après le départ de Julian pour Londres, ma patronne n'avait pas été méchante avec moi , non pas du tout , elle m'a simplement ignorée. Elle a fait comme si je n'existais pas et refusait absolument que je ne vienne lui servir son café ou ne prenne ses appels. Moi je faisais mes tâches mais aucune d'entre elle avec un quelconque lien avec madame Ledger. À vrai dire, ça m'arrangeais beaucoup qu'elle ne m'ignore. C'était la meilleure réaction que je pouvais espérer d'elle. Je sais qu'elle ne m'a jamais vraiment aimée , moi qui m'incrustait dans sa co-habitation avec Julian mais je sais surtout que l'absence du beau brun nous a été lourde à toute les deux. Nous ne l'apprécions pas de la même manière mais il me semblait que l'impact avait été le même et qu'elle l'avait compris. Elle aurait pu justement , me faire porter le blâme du départ de Julian et me renvoyer mais non. La meilleure explication logique qui m'est venue à l'esprit est qu'elle a compris ce que je pense quelques lignes plus tôt. Quand j'y pense, je trouve plutôt étrange que spécialement aujourd'hui , elle ne me demande de venir lui apporter des documents, justement lorsque Julian viens faire un tour à New York ..... peut-être espérais t-elle que je ne le fasse rester ? La pauvre, elle sera déçue.

Alors que je songeais à des excuses , je finis pas oublier lorsque les lèvres de Julian retrouva les miennes. C'était tant mieux car j'avais l'air partie pour chercher longtemps. Au risque de décevoir mon chéri , je m'arrêta un moment pour prendre le temps de remarquer ses efforts au gym. Je ne connaissais peut-être pas ce corps aussi bien que Suzanne mais au moins , j'avais vu un changement et celui-ci me fit bien plaisir. Je voulus soudainement que sa peau ne touche la mienne , le plus possible. Lorsqu'il glissa sa main sous mon chandail , je lui exprima alors un petit regard d'enfant et me pinça les lèvres. Je me redressa un peu , puisque nous étions beaucoup penchés vers le bureau et je leva les bras vers le haut pour qu'il ne soulève mon chandail jusqu'en haut et me le retire. De toute façon, il commençait à me donner chaud celui-là. Assise sur le bureau devant lui, je prit la peine de lui sourire un peu pour ensuite aller poser un baiser contre son épaule et comme vengeance personnelle , j'allais lui faire un suçons dans le cou à mon tour. Pendant que monsieur subirait la torture, il pouvais sentir l'odeur de mes cheveux, ils sentaient mon nouveau shampoing, j'étais convaincue qu'il l'aimerais, moi en tout cas , je trouvais qu'il sentais bon. Lorsque mon chéri fut assez marqué dans le cou , je vins le consoler en l'embrassant sur les lèvres avec un faible sourire. Tandis que je l'embrassais , je fronça les sourcils à sentir sa main arriver à destination, je ne réagis pas tout de suite , ce fut plus lorsqu'il arriva pour l'abaisser que je m'arrêtas. Je garda les yeux baissés un moment , me focalisant sur le peu de noir que l'on pouvait discerner du tatouage de Julian. Lorsqu'il arriva pour m'embrasser de nouveau , je détourna la tête. Vite comme ça , on pourrais croire que j'étais en colère mais non , je ne l'étais pas. Je soupira un peu et pour éviter qu'il ne se mette en colère ou ne croit n'importe quoi , je posa une main sur sa nuque pour éviter qu'il ne s'éloigne. La seconde alla lui prendre la main.

- Ce n'est pas à cause de lui je t'assure

La dernière chose que je voulais , c'est qu'il ne croit que j'hésitais bêtement pour Éric. J'avais beau être naïve, il y avait des limites quand même. Je n'en serais pas là si j'avais encore des doutes sur le sujet. Je voulais vraiment aller jusqu'au bout , je pouvais jurer ici même que je le voulais mais voilà. Je leva innocemment les yeux vers lui.

- Je vais bien ne t'en fais pas

Lui dit-je pour le rassurer un peu. Ma phrase ne devrais pas terminer par ça , il manquait un « mais .... » mais si je plaçait ce mot , il faudrait alors que je lui explique. je me voyais mal lui dire : « Je vais bien ne t'en fais pas mais .... Je n'aime pas le sexe, ça me dégoute sérieusement ». C'était con , si j'avais dit ça , Tia ne m'aurait pas juste engueulée , elle m'aurait étouffée littéralement.

I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.quizzz.com/z/?z=3668
avatarJulian C. Mayers

CHAOS
control my mind


Nombre de messages : 3602
EMPLOIE : on top of the rock !
CÔTÉ AMOUR : une certaine secrétaire
CÔTÉ AMIS : Suzanne - Nick - Shanna - Skyrme - Evey
LIL' PIC :


Me, Myself & I
Me and the others:

MessageSujet: Re: Getting over you ? Nah, never ! [nos deux sont HOT]   Sam 18 Juin 2011, 03:11

Nick pourrait croire n’importe quoi que Julian dirait, il ne fallait que la touche magique. Tout comme lorsque l’on mettait le blâme sur Suzanne. Il fallait dans ce dernier cas, si vous n’étiez pas suicidaire, tout simplement tout faire pour qu’elle ne le sache pas. C’était très logique, non ? Elle mettait tout sur le dos de Suzanne pour sa collègue Emma en lui disant que cela ne devait pas se savoir pour son propre bien. Malheureusement, Bryan était parti à Londres sinon lui mettre le blâme aurait été plus que merveilleux ! Julian l’aurait certainement proposé tout de suite après son ennemie adorée. Julian n’avait pas pris d’entente avec cette dernière à son départ. Pour dire vrai, ils étaient tous les deux tellement heureux de se séparer et de réaliser leur rêve qu’il n’avait pas vraiment pensé à autre chose. C’était dans l’avion que Julian avait réalisé qu’il ne verrait pas Caithy le lendemain et qu’il ne dormirait plus jamais avec Suzanne. Cependant, à cette étape cela ne l’avait pas tant attristé, il venait d’enregistrer l’information, mais il ne l’avait pas proprement réalisé. Ce fut beaucoup plus tard avec l’ennui et le mal du pays qu’il comprit l’ampleur de cette simple petite décision. Il n’avait pas eu peur de laisser Caithy à New York avec comme patronne Mme Ledger. La grande brune n’avait pas besoin de se faire dire qu’elle était une propriété de Londres et que tout bris serait payé par une vengeance maladive. Il n’avait pas eu peur pour sa chérie de ce côté, il connaissait Suzanne mieux que quiconque et c’était réciproque. En fait, il avait beaucoup plus de crainte du côté du FBI étant donné son patron qui était si … spécial ! Il ne donnait pas l’impression de l’apprécier particulièrement. Malheureusement, même en tant que directeur, il n’avait jamais compris cet homme. Elle n’était pas Bryan !

Julian se redressa comme la jeune femme parce qu’ils étaient vraiment très penchés pour enlever le chandail de la jeune femme ce n’était pas une position de prédilection. Il aurait bien voulu enlever le chandail d’un seul coup, mais ça gâchait tout le plaisir et ce n’était pas très délicat. Lorsqu’il finit par lui retirer ce chandail, il ne prit pas la peine d’attendre bien longtemps avant de succomber à la tentation de la peau de pêche de la blondinette. Il fut rapidement pris entre deux choix, les cheveux blonds qui sentaient si bon et la peau nouvellement dénudée. Il pencha le cou exprès pour qu’elle ait plus de facilité à lui faire le fameux suçon. Peut-être qu’un peu plus tôt, au début de leur rencontre, il aurait eu des craintes face à Shanna, mais dans le feu de l’action cela n’importait pas. Finalement, ils étaient rendus ou presque au point critique. Il ne comprit pas sur le coup qu’il y avait quelque chose au moment où elle s’arrêta, elle voudrait prendre son souffle ou une chose du genre. Il lui offrit des baisers sur la joue et la tempe. Il glissa son autre main qui était, au niveau du ventre jusqu’à sa joue. Il essaya, de l’embrasser un autre fois et elle détourna complètement la tête. Il fut un peu brusqué sur le coup, mais il se détendit en l’entendant soupirer. Il aurait roulé des yeux s’ils n’étaient pas si proches. Il retira sa main de sa jupe et ce fut celle-ci qu’elle prit dans la sienne. C’était encore lui. De sa main qui était sur sa joue, il tenta doucement de faire tourner son regard vers lui pour qu’ils se parlent en se regardant dans les yeux. Le beau brun ne comprenait plus rien et c’était beaucoup plus qu’apparent dans son doux visage. Julian nageait en plein cauchemar selon lui, dans deux secondes, elle exploserait et ne serait qu’une marre de sang éparpillé sur les murs blancs et sur lui. Mais non, il compta dans sa tête ces deux secondes et rien. C’était bien pire, il n’allait pas se réveiller avec Max à ses pieds. Il avait autre chose qui devait être éclairci entre les deux. Il aurait voulu lui répondre que lui aussi allait bien et qu’il pouvait donc continuer. Si elle allait bien et que ce n’était pas à cause de lui, il n’avait donc rien, non ? Urgent besoin d’un troisième indice… Il la regarda un instant sans rien dire avec son air perdu. Son cerveau fonctionnait à cent à l’heure. Il finit par se dire qu’il avait le choix de lui faire un câlin, de cette façon, elle irait mieux. Tout le monde va mieux avec un câlin. Soit, il pouvait lui demander pourquoi ce n’était que bien. Il pourrait lui demander aussi si elle était vraiment sure qu’il n’y avait rien en lien avec son copain. C’était peut-être l’emplacement. Cependant, elle avait l’air de trouver ça bien au début malgré qu’elle s’en était fortement inquiétée. Si dans deux secondes, elle ne disait rien, il lui réclamerait la pitié xD

I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://citylove-gallery.e-monsite.com/
avatarKatherine G. Rosman
- ♥ - Read my Crazy Story - ♥ -
Nombre de messages : 2193
EMPLOIE : Secrétaire

Me, Myself & I
Me and the others:

MessageSujet: Re: Getting over you ? Nah, never ! [nos deux sont HOT]   Sam 18 Juin 2011, 04:29

Vous vous souvenez lorsque j'ai dit pourquoi j'aimais voir Julian de si près ? Parce que j'avais l'impression que je pouvais savoir à quoi il pensait. À ce moment précis, j'aurais aimé que lui , puisse savoir à quoi je pensais. J'aurais voulu qu'il ne voit quelques images , les plus percutantes qui traduisaient si bien la situation mais non .... La télépathie ça n'existe pas. Il va falloir que je lui explique je crois .... Avec Éric ça avait été moins dur de lui dire parce que dans le fond , si lui ça lui posait problème ou s'il se sentait obligé de me prendre en pitié , il n'avait qu'à partir. Je lui ai annoncé dans le début de notre relation alors pour moi , sa réaction et ce qu'il pensait du sujet , ça m'était complètement égal. L'ennui avec Julian c'est que son opinion comptait beaucoup et que justement , j'avais peur de ce qu'il pense de moi. Je ne supporterais pas qu'il ne se sente obligé de s'excuser ou quoi que ce soit. Lorsque je racontais cette partie de ma vie , ce n'était pas pour recevoir des excuses mais simplement pour prévenir les gens et expliquer mes réactions. Je céda lorsqu'il tourna mon visage vers le sien. Je pu voir dans les yeux de mon chéri sa flagrante incompréhension qui était tout à fait normale vu la situation. J'étais vraiment angoissée , je pourrais toujours éviter les explications mais je savais bien que non. Même si je décidais de laisser tomber et de l'embrasser fougueusement pour qu'on ne termine ce qu'on a commencé , je savais que nous aurions tout de même un mauvais sentiment à l'intérieur de nous. J'avais littéralement gâchée nos retrouvailles ..... Bravo Caithy .... Si t'a déjà été nulle auparavant , et bah là , t'a battue le record ! Je savais que plus tard j'allais surement en rire en me disant que c'était bien moi ça , de toujours tout faire foirer en amour mais si je me souviens bien , c'est ainsi que notre relation a débuté Julian et moi , j'ai foiré au zoo.

Je tenais toujours sa main dans la mienne. Tandis que je cherchais un moyen d'expliquer , je me rappela un peu. J'étais terriblement angoissée, ne pas avoir vécu autant de moment gênant dans ma vie, je vous aurais dit que celui-là était le pire. Je ravala ma salive , puis je ferma les yeux , je crois que j'étais rouge de honte. Je me pinça les lèvres un moment avant de soupirer de manière agacée.

- Je viens de tout gâcher , je suis désolée .... c'est que .... Il faut que je t'explique mais ...

Vous savez lorsque vous avez terriblement besoin de dire quelque chose mais les mots sont incapable de sortir ? J'étais sans voix et il me fallu un moment avant de le réaliser. Je sentis une certaine frustration de voir que j'étais incapable d'exprimer mon idée qui était pourtant claire. Foutue voix, incapable d'être là quand on en a besoin mais quand on ressent le besoin de se tourner au ridicule en chantant dans sa voiture, AH , elle était là ! Moi et la chance. Je lui fis un faible signe que non de la tête. Ça y est, j'abandonne. Ma main qui était posée sur sa nuque vint se glisser faiblement jusqu'à son torse avant d'y mettre de la pression pour le faire reculer de deux pas. Je descendis du bureau puisque de toute façon, dans ma tête, dans le plus beau foirage du monde , c'était impossible de se rattraper. Je passa à coté de lui me dirigeant vers mon chandail au sol. Je m'étais arrêtée devant mon morceau de vêtement mais sans me pencher pour le ramasser. Je me croisa les bras un instant et ferma les yeux. J'étais terriblement honteuse , je voulais être ailleurs. J'étais dos à lui et donc , il ne pouvait pas voir mon visage , sinon j'aurais parut encore plus ridicule. Quand on est gamin et qu'on se plante devant le public durant sa pièce de théâtre qu'est-ce qu'on fais ? On se sauve de la scène et part pleurer dans un coin. C'était ce que je faisais mais je ne pleurais pas , j'en avais juste très envie. Je me pencha finalement pour ramasser mon chandail mais je ne le mis pas tout de suite, je me retourna vers lui.

- Je sais pas comment te l'expliquer. Ne m'en veux pas Julian ..... S'il te plait.

Lui dit-je à voix basse , n'étant pas capable d'avoir un autre ton pour l'instant.

I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.quizzz.com/z/?z=3668
avatarJulian C. Mayers

CHAOS
control my mind


Nombre de messages : 3602
EMPLOIE : on top of the rock !
CÔTÉ AMOUR : une certaine secrétaire
CÔTÉ AMIS : Suzanne - Nick - Shanna - Skyrme - Evey
LIL' PIC :


Me, Myself & I
Me and the others:

MessageSujet: Re: Getting over you ? Nah, never ! [nos deux sont HOT]   Sam 18 Juin 2011, 17:58

Pauvre Julian qui ne comprenait jamais rien. Dans ces moments-là, lire les pensées des gens ne serait pas un donc très gênant. Ça serait beaucoup plus simple de pouvoir tout simplement lire les pensées de la personne et de cette façon ne pas avoir à s’expliquer beaucoup plus que cela. Quand une personne proposerait un concept pour la couverture, il n’aurait qu’à lire les pensées de la personne et il verrait ce qu’elle avait en tête. Au lieu de cela, c’était les situations compliquer et complexes. Par contre, cette petite situation lui en rappela bien d’autres qu’il avait vécu avec la blondinette. Des trucs gênants, il en avait eu leur lot, plus que ce qu’ils méritaient à son avis. Il s’était rendu compte qu’il devait ressentir plus que de l’amitié pour la jeune secrétaire lorsqu’il avait eu un début de conversation du genre. Ensuite, elle lui avait dit un paquet de choses comme quoi elle voulait l’utiliser pour son autre travail. Il ne s’en était pas vraiment fait avec la situation, il s’était dit qu’elle pouvait comme lui être hypocrite. Cependant, elle avait un meilleur fond que bien des gens en lui avouant dès le début. Lorsqu’elle avait décidé de lui prendre la main pour qu’il sorte finalement ensemble. Il s’était demandé si elle ne voulait pas que l’utiliser encore. Par contre, il était face à des sentiments pour elle. Il avait décidé de se mettre sur ses gardes au cas où cela s’avérait vrai. Heureusement, rien de cela n’arriva jamais et la preuve était bien là. C’était de l’amour sincère, mais très complexe.

Il se rendit bien compte qu’elle commençait à changer de couleur. Le rouge ne lui allait pas très bien au visage … Un teint pâle ou bronzé lui irait beaucoup mieux. Il était très mal à l’aise et préférait ne rien penser d’intelligent jusqu’à ce qu’elle lui crache le morceau. Elle s’étouffait peut-être vraiment … Heureusement, il n’aurait pas à pratiquer la manœuvre d’Heimlich. Cependant, elle ne lui avait pas tout à fait tout dit. En fait, rien. Il voulut lui caresser le dos d’une manière réconfortante, mais elle l’obligea à se reculer. Ce qu’il fit sans tout de même lâcher sa main. Il la connaissait bien même après tout ce temps. Elle tenterait à tout moment de se sauver pour éviter plein de choses. Il n’avait pu l’éviter et bien, elle ne pourrait pas non plus le faire. Il n’avait pas répondu à son commentaire, il attendait la suite ou du moins quelque chose. Il ne savait pas ce qu’il pouvait bien y dire pour la rassurer. Il voulait lui dire que ce n’était pas gâcher, mais de quelle façon. Il la laissa aller vers son chandail, il ressentit beaucoup de tristesse pour elle lorsqu’elle se croisa les bras, mais étant dos à lui. Elle devait souffler, elle devait avoir changé d’avis. Il le prit comme une insulte qu’elle ramasse son chandail et qu’elle pense sérieusement à partir. Il serra les dans un instant quand elle fut face à lui. Ce fut apparent qu’il était frustré, mais il ne montrait pas à quel point. Comment après aussi longtemps, elle n’était toujours pas capable de lui parler plus et se sauver à tout bout de champs. Il lui avait dit des choses qu’il aurait pensé être incapable. Il lui avait dit qu’il l’aimait encore qu’elle avait compté énormément dans sa vie et que la seule chose qu’il avait voulu c’était son pardon. Elle l’avait embrassé pour le faire payer. La colère s’empara plus de lui, mais Caithy n’était pas comme ça. Une petite voix douce lui rappela que tout le monde n’était pas des hypocrites. Aux paroles à voix basse de la jeune femme, il s’adoucit de nouveau. Non pas elle, ce n’était pas son genre, elle était sincère et elle n’était pas assez bonne actrice pour un jeu de ce genre.

- Noon, je ne pourrais pas t’en vouloir.

Dit-il un peu piteusement, mais avec conviction. Il ne voulait pas qu’elle parte et c’était beaucoup plus cela qu’il défendait dans son commentaire. Il pourrait lui en vouloir ce qui était sûr. Il n’avait jamais tenu rigueur à Max et à sa maman, car il en serait incapable. En voyant l’air piteux de Max ou son air enjoué lorsqu’il arrivait, il ne lui en voudrait pas beaucoup plus que deux secondes. Sa mère c’était tout autre chose, il savait que sa mère ne lui en voudrait jamais pour rien au monde et qu’elle était prête à absolument tout pour lui. Il l’entoura de ses bras. Plan diabolique numéros cinq milles et six cent dix et première règle de tout hypocrite qui se respect, si on entoure quelqu’un de ses bras en faisait un peu pitié ou en aillant l’air triste, cette personne aura de la difficulté à partir. Dans le cas de Caithy, elle ne serait incapable de le laisser comme cela ou de se déprendre …

- Regarde ce n’est pas grave si c’est lui, quelque chose que tu n’es pas capable d’expliquer, une chose que tu ne veux pas je sache ou un truc de femme. Je n’ai jamais compris pourquoi tu n’aimais pas les bikinis avec le corps que tu as et les mémés en monokini. Dit-moi ce que je ne dois pas faire et on peut même rester là. Ça m’es égal ………………………..

Il lui dit cela avec beaucoup de conviction et il se rattrapait pour les fois qu’il n’avait rien dit xD Il avait bien fait attention, il avait dit toutes les situations possibles. Lorsqu’il fut question des grands-mères en monokini, un frisson de dégoût lui parcourra le corps. Celles qu’il avait vues lors de son voyage à Cannes, ça l’avait dégouté pour toute la vie. Il était sérieux ça lui était égal d’en rester là, il avait Shanna et elle ne servait pas qu’à faire jolie. Il y avait aussi Suzanne, donc sur ce plan, il était gâté. Par contre c’était elle qu’il voulait. Si elle partait, il ne savait même pas comment il allait faire pour repartir à Londres. Il faudrait que Suzanne le pousse dans l’avion, l’enchaine à son bas et que Shanna l’attende à l’aéroport pour qu’il ne prenne pas un avion pour retourner sur le nouveau continent. Ensuite, elle devrait le menotter à la voiture jusqu’à ce qu’il retrouve Max. Là et peut-être bien seulement là, il resterait ou du moins, il penserait deux fois avant de repartir. Il avait le regard triste comme auparavant dans leur discussion. Il n’aimait pas ce genre de chose, il préférait nettement dire des choses stupides tout le long. C’était gênant, mais s’il faisait cet effort et bien, elle ferait peut-être l’effort de lui dire ce qui clochait. Encore là, elle n’était pas obligée, elle ne pouvait que rester. Ça luis serait suffisant. Il aurait souhaité être dans son petit appartement et qu’elle lui demande de choisir un film. Comme l’un de leurs rendez-vous.

- Tant que tu reste ……… Je ne sais même pas comment je vais faire pour repartir à Londres à présent.

I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM I LOVE MAXIM


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://citylove-gallery.e-monsite.com/
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Getting over you ? Nah, never ! [nos deux sont HOT]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Getting over you ? Nah, never ! [nos deux sont HOT]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Aime-moi ou déteste-moi les deux sont en ma faveur.
» Galatéa > Parce que voir et savoir sont deux choses différentes (fiche terminé)
» Aimer ou être aimé. Ce ne sont que deux formes différentes de lâcheté. Hélène Holden | Gab & Kay
» Tu vois, le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent. Toi, tu creuses [Rochers maudits, Rang D, Qu'importe, Mine powa]
» Trois sortes d'amis sont utiles. Un ami droit, un ami fidèle, un ami cultivé ? L. Grimes & S. Gomez PRIS
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maxim, le RPG :: En dehors du travail ou presque... :: Le reste du monde :: Amérique-