AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 2o p.m.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarGwennaëlle Simoes

Nombre de messages : 11
EMPLOIE : Reporter
LIL' PIC :


Me, Myself & I
Me and the others:

MessageSujet: 2o p.m.    Sam 21 Mai 2011, 17:53

Il est vingt heures, dans les couloirs de Maxim une petite montre avec un bracelet en plastique fait retentir un petit bip régulier. On entend des pas pressés qui court vers l’objet à terre, on entend un petit « merde », et la jeune demoiselle qui arpente les couloirs de son nouveau lieu de travail ramasse l’objet et le remet dans son sac.

Il est vingt heure, elle vient à peine de finir de travailler sur ses enquêtes. Une femme de ménage l’a chassé de son petit office de travail, une vaste pièce remplie de box, qui se vide peu à peu de personnes après 17h. La dernière à partir, c’est Gwenn. Et à vingt heures, en ce mardi soir, elle n’a aucune mais alors aucune envie de retrouver son petit taudis au cœur de Londres. Ce qui l’attend chez elle, c’est un canapé, un lit, une douche froide, et à la limite une télé si tant est qu’elle veuille bien fonctionner. Elle se contentait d’une vie un peu pittoresque pour mieux se concentrer, elle n’était pas de ceux qui possède de grandes villas. Peut-être un jour, quand elle trouvera un certain succès grâce à ses écrits ?

Il est maintenant vingt heures cinq, et après avoir poireauté cinq minutes à ne pas savoir quoi faire, Gwenn poussa la porte du fond du couloir. La salle de shooting s’ouvrit à elle, vide bien évidemment. Elle adorait fouiner dans d’autres secteurs de Maxim, après tout ce n’était pas interdit. La photographie, un art à part qu’elle n’étudiait pas assez… Se promener là où l’on créait l’image de façon artificielle, c’était à la fois intriguant et déroutant. Comment certains photographes de renoms n’arrivent à produire de l’art en captant des moments fictifs ? Tandis que d’autres se démènent tant bien que mal en essayant de capturer l’instant au naturel… C’était ça le jeu après tout. Tout inventer pour avoir un peu de notoriété…

Gwenn soupira en caressant du bout des doigts la toile de fond représentant des nuages sur un drap bleu. Son regard se fixa sur la toile, sans pour autant la regarder. Un regard creux, fatigué et vide, songeur. Elle sortit vite de sa rêverie quand quelqu’un poussa la porte de la salle de shooting. Elle tourna la tête lentement et découvrit Kristine Walls. Une de ses comparses du magasine, incernable.

Il était vingt heures sept, qu’est ce que Kristine faisait encore là ? ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarKristine Walls

Nombre de messages : 649
EMPLOIE : Reporter

Me, Myself & I
Me and the others:

MessageSujet: Re: 2o p.m.    Jeu 26 Mai 2011, 11:55

Kristine n'avait pas été présente au travail ce jour-là , elle s'était rendue à des funérailles, celles de la nouvelle femme de son oncle. Cancer du foie. Il n'y eut aucune larme en provenance de la reporter , d'ailleurs elle avait été plus préoccupée à choisir des vêtements convenables pour l’évènement qu'à faire une carte de voeux pour son oncle. Au bout du compte , elle avait enfilée une robe noire toute simple qu'elle mettait parfois pour venir au travail. En entrant dans le taxi, elle appela le fleuriste qu'elle avait prit la peine de trouver dans le bottin téléphonique et lui avait demander de lui préparer un bouquet de fleurs pour l'évènement , il pouvait user de son imagination si ça lui chantait mais il devait avant-tout s'assurer que le prix demeure tout de même faible. Elle ne voulait pas payer une somme immense pour cette bonne femme qu'elle connaissait à peine. Après-tout , Kristine se rappelait bien que celle-ci ne lui avait rien offert pour le Noël de ses dix ans. Si ça ne dépendait que d'elle , elle n'aurait rien emmenée et n'aurait certainement pas manquée une journée de travail pour ça. Si la journaliste prenait le soin d'emmener des fleurs et de se présenter au courant de la journée c'était simplement pour faire bonne figure à son oncle. Elle savait que son père adoré avait une grande estime pour son frère et que celui-ci portait un grand amour pour cette femme. La cérémonie avait été des plus pénible. Kristine ne savait pas vraiment quoi faire pour s'occuper. Elle discutait avec quelques personnes sans vraiment les écouter. C'était bien qu'ils ne trouvaient rien de pertinent à dire. Fort heureusement , il y avait eu James , le fils de la défunte qui était présent. Kristine l'avait toujours trouvé incroyablement séduisant et il l'était davantage dans cette belle chemise noire. Elle avait jouée les gentilles gamines qui compatissait mais en fait , elle cherchait plus à flirter avec lui. Au bout du compte cela avait fonctionner , il l'avait invitée à diner demain ..... Mais demain elle travaillait. Il lui avait donc suggéré de prendre une pause ou de simplement manquer quelques heures. Kristine arqua un sourcil en le regardant bêtement. Déjà qu'elle manquait une journée de boulot pour sa vieille peau de mère , une seconde serait considéré comme exagéré. Ainsi , malgré tout le charisme que possédait James, elle l'avait rayé de sa carte. De toute façon, il n'avait pas de conversation , au lieu de lui parler de situation politique ou de tragédie touchant les stars , il avait discuter de souvenirs avec sa mère , mais quel ennui.

Lorsque la journaliste quitta enfin ce lieu de déprime totale, elle se rendit immédiatement à Maxim où elle alla voir Bryan pour discuter avec lui du résultat de son dernier article. Celui-ci lui avait dit que la qualité d'écriture de Kristine risquait de toucher le publique mais que le sujet n'était pas très accrocheur. La jeune Walls l'avait prit comme une insulte. Ce n'était pas qu'elle était incapable de trouver un sujet croquant , c'était simplement qu'il n'y en avait pas à porter de main. Il ne se passait rien chez les haut quartier ces jours-ci. De plus , Londres n'était pas son domaine , elle ne connaissait pas les célébrité du coin , il lui faudrait du temps avant de bien s'adapter. Toujours dans cette profonde colère , Kristine se retrouvait assise devant son écran d'ordinateur en quête d'une nouvelle idée brillante qui saura faire reconnaitre son nom dans cette ville britannique. Elle contemplait de manière lasse la mince ligne noire qui clignotait sur son programme Word et qui la suppliait par sa répétition incessante, de taper quelques lettres sur son clavier. Kristine ne voulait pas regarder l'heure, elle ne voulait pas connaitre le nombre de minutes où elle était demeurée assise là à ne rien faire. C'était un véritable cauchemar pour la jeune femme de n'avoir aucune inspiration. C'était encore cette vieille bique qui lui avait retiré toute sa motivation.

Soudain , la journaliste se redressa dans son siège. Un sourire malicieux se glissa peu à peu sur son visage tandis qu'elle observait toujours cette même petite ligne qui clignotait. Si elle ne connaissait pas Londres ... Elle connaissait New York n'est-ce pas ? Elle avait travaillée si longtemps avec ses collègues New Yorkais qu'elle en connaissait déjà plusieurs atouts. Elle se souvenait qu'avant qu'elle ne vienne ici , elle s'était plainte de la routine que l'on retrouvait là-bas , du fait qu'on connaisse tous des employés américains de Maxim et qu'il n'y avait donc plus de surprise. Pourtant , on ne connaissait rien d'eux ici à Londres. C'était comme si tous les sujets tabous se retrouvait comme neuf. Par qui allait-elle commencer ? Il fallait quelques chose de choquant , elle voulait débuter sa carrière à Londres en détruisant quelqu'un. Elle allait prendre la personne la plus facile , une personne qui par son allure , ne nous fera pas douter de la parole de Kristine Walls. Rebecca Reeves, la directrice des maquilleuses. Par son attitude excentrique et ses nombreuses sorties nocturnes , on pourrait facilement penser d'elle qu'elle puisse prendre de la drogue. Cette hypothèse mériterais une fouille. Et si Rebecca ne prenait pas de drogue au bout du compte ? Si elle était étrange de nature ? Hé bien ! Les grands moyens seraient à prendre ! On glissera un sachet de cocaïne dans son tiroir et le tour serait joué. Il fallait par contre des complices puisque Kristine ne connaissait aucun dealer et encore , pour se faufiler discrètement dans le rayon de maquillage, il lui faudrait des clés. La journaliste alla s'enfermer dans les toilettes afin de pouvoir téléphoner à Fred , le concierge pour lui demander de lui rendre un énorme service. Cet homme ferait n'importe quoi pour un minimum d'attention. Ils s'étaient donnés un point de rencontre, il lui avait livré la marchandise, les clés et la cocaïne et elle en échange, lui avait donné de l'argent , des photos de mannequins qui se change dans les cabines et l'adresse e-mail d'une secrétaire qu'il appréciait bien.

Et voilà la raison pertinente qui faisait qu'à une heure pareille , la jeune Walls venait d'entrer dans la salle de shooting. Quel ne fut pas sa surprise tout de même en voyant cette petite Simoes qui trainait dans le coin. Avaient-elles eu la même idée ? Mais non , cette gamine ne possédait pas un esprit aussi fourbe que la Walls pour avoir des intentions aussi sordides. Mais non , elle avait bien vu que la petite Simoes semblait fixer la toile de fond ..... ok .... Étrange. Fort heureusement , Kristine ne possédait pas le sachet dans ses mains , il était caché dans son sac à main. Elle s'avança alors vers la jeune Simoes , faisant claquer ses talons sur le sol grisâtre. Elle esquissa un maigre sourire découvrant une expression de surprise qui se voulait fausse.

- J'ai toujours pensée que tu n'avais pas de vie , mais là je suis incroyablement surprise de voir que j'avais raison. Qu'est-ce que tu fais là Gwen ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

2o p.m.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maxim, le RPG :: Où l'on travaille fort ! ... :: Les studios de photographie (12) :: Salle de shooting-